•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

GNL Québec: important d'entendre les deux côtés, plaide Mario Simard

Trois personnes servent des hot-dogs.

Le député bloquiste de Jonquière, Mario Simard, a participé à un événement au centre de ski Mont-Fortin.

Photo : Radio-Canada / Thomas Laberge

Radio-Canada

Le député bloquiste de Jonquière, Mario Simard, salue les contributions au débat public dans le dossier de GNL Québec, autant du côté de Québec solidaire que de « Je crois en ma région« .

En marge d’un événement de ski au Mont-Fortin, le député de Jonquière, Mario Simard, a été interpellé sur le récent passage des deux députées de Québec solidaire, Ruba Ghazal et Catherine Dorion, dans la région pour une soirée anti-GNL Québec au Café Cambio, jeudi soir. Le bloquiste croit qu’il est essentiel que les deux côtés de la médaille soient entendus dans le débat public.

Moi, je veux que le débat public se fasse. Les positions pour, comme les positions contre, je veux qu’elles soient entendues pour que la population puisse se faire une idée sur ce que devrait être l'avenir de notre région. Donc, je ne vois pas d’un mauvais oeil que des gens viennent ici pour faire une mobilisation et donnent une information qu’ils trouvent pertinente, ça fait partie du débat public. Comme je l’ai déjà indiqué, le mouvement "Je crois en ma région", je trouve ça plutôt intéressant que des gens contribuent au débat public. Maintenant, c’est aux gens de se faire une tête et de décider où se situe l’avenir de la région.

Mario Simard, député bloquiste de Jonquière

Par ailleurs, il a répété que lui et Alexis Brunelle-Duceppe, député de Lac-Saint-Jean, proposeront un projet alternatif en avril, mais dans le domaine de l'industrie forestière.

Il entend aussi ne pas s'immiscer dans ce qui est, selon lui, une question provinciale. Il faut aussi être conscient de la culture au Bloc québécois où nous on défend l’autonomie du Québec. C’est au Québec de se prononcer sur la question et nous on va respecter le consensus de l’Assemblée nationale. C’est une chose. En même temps, on ne peut pas vouloir combattre le réchauffement climatique et rester assis sur nos mains. C’est pourquoi au mois d’avril on va arriver à une proposition et les gens pourront se faire une tête sur le sujet, a-t-il poursuivi.

Vendredi, son homologue provincial, Sylvain Gaudreault, avait salué l'initiative des organisateurs de la soirée opposée au projet d'usine de liquéfaction de gaz naturel.

L'événement au Mont-Fortin était à l'initiative du député et servait à faire la promotion de la station municipale aux prises avec des difficultés financières.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !