•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Palmarès des cégeps, la réalité régionale doit être considérée

Campus du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue à Rouyn-Noranda

Campus du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue à Rouyn-Noranda

Photo : SITE WEB : Université de Montréal

Un classement des cégeps du Québec, en fonction du taux de diplomation, est publié ce samedi dans le Journal de Montréal et le Journal de Québec.

Le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue arrive au 20e rang des établissements collégiaux pour le programme de Sciences de la nature avec un taux de diplomation de 87,1 %, et au 16e rang sur 19 pour Technique d'éducation à l'enfance, avec 38,8 % de diplomation et 32e sur 44 pour la Technique en soins infirmiers, entre autres.

La Fédération des cégeps a consulté ce palmarès qui passe en revue l’offre de formation dans les 48 cégeps de la province. Pour le président-directeur général de la Fédération des cégeps, Bernard Tremblay, il importe de préciser que ces données ne sont qu’un élément statistique et qu’il est bien difficile de comparer entre eux des cégeps puisque la réalité de chaque lieu de formation est différente.

Bernard Tremblay, président-directeur général de la Fédération des cégeps.

Bernard Tremblay, président-directeur général de la Fédération des cégeps.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie

Le propre du réseau collégial c’est d’être déployé sur l’ensemble du territoire, donc des réalités très différentes, des programmes très différents, qui ne sont pas disponibles dans tous les établissements. Alors comparer les établissements les uns par rapport aux autres est un exercice très périlleux, commence M. Tremblay.

En ce qui concerne le taux de diplomation, M. Tremblay émet aussi des réserves.

On se retrouve aussi avec des quasi-diplômés, donc des jeunes qui ont complété 95% de leur parcours, mais qui pour une raison qui leur est propre, quittent pour aller travailler. Le marché du travail les accueille en raison de la pénurie de main-d’œuvre. Techniquement ils ne sont pas diplômés, mais ils ont reçu la formation, ajoute M. Tremblay.

Le directeur du cégep de l’Abitibi-Témiscamingue n’a pas souhaité commenter plus en détails les données du palmarès, estimant qu’il ne tient compte que du taux de diplomation qu’il n’est selon lui qu’un élément de la réussite au collégial.

Un homme pose pour la caméra dans son bureau, souriant.

Sylvain Blais, directeur général du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue

Photo : Radio-Canada / Lise Millette

La réussite dépend d’une multitude de facteurs propres à chaque étudiant, chaque établissement et chaque région du Québec, a indiqué M. Blais par courriel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Éducation