•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cartes d’assurance maladie : lorsque Léon devient L?on

Une carte d’assurance maladie où il est écrit L?on Palmquist.

La carte d'assurance maladie de Meghan Waters, que Radio-Canada a modifiée pour dissimuler ses informations personnelles, et celles de ses fils.

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Une famille manitobaine a eu une mauvaise surprise en recevant une nouvelle carte d'assurance maladie après la naissance de leur fils. Le nom de celui-ci, Léon, était écrit avec un point d’interrogation à la place du « e » accent aigu.

La mère de Léon, Meghan Waters, était ébahie lorsqu’elle a vu l’erreur dans le nom de son fils de 5 mois, inscrit sur sa nouvelle carte d’assurance maladie.

C'était surprenant. Ma première réaction était : est-ce qu’ils vont accepter ça? Qu'est-ce que le médecin va dire lorsque je vais lui donner ça? Et aussi, c’est un manque de respect pour son nom, dit-elle.

La mère de famille a immédiatement téléphoné à la province pour obtenir des explications. Elle dit qu'un fonctionnaire lui a indiqué que le système de production de cartes d'assurance maladie n'était pas capable d'imprimer des lettres avec des accents et que cela était à l'origine de l'erreur.

L’autre fils de Meghan Waters, Félix, a lui aussi un accent dans son prénom. Sur la carte d’assurance maladie, le « e » accent aigu a été remplacé par un « e », sans accent. À titre d’anecdote, toutes les cartes d’assurance maladie manitobaines des employés d'ICI Manitoba ayant un accent dans leur nom examinées dans le cadre de ce reportage ne comportaient pas d’accent.

Je les ai nommés Félix et Léon, pas Felix et Leon, et certainement pas L?on.

Meghan Waters

Radio-Canada a écrit à la province pour tenter de comprendre comment cette erreur s’est glissée dans le document de Mme Waters. Le message, adressé au ministère de la Santé, demandait aussi si des cartes d'assurance maladie peuvent comporter des lettres avec des accents et ce que la province compte faire pour permettre, ou non, des accents sur les cartes.

Une porte-parole du gouvernement a répondu qu'il s'agit d'une erreur inattendue. Les employés du ministère se penchent sur son origine et sur des changements pour éviter que cela se reproduise. Des fonctionnaires ont parlé à la famille et une carte corrigée est en cours d'envoi. La province ne précise pas, cependant, si des accents peuvent figurer sur les cartes d’assurance maladie.

Afficher sa francophonie

Heureusement, la petite famille n'a pas encore dû utiliser la carte d'assurance maladie du petit Léon. Mais, outre les préoccupations pratiques, Meghan Waters tient à l'accent dans le nom de son fils, car c'est pour elle la marque de ses racines francophones.

J'ai fait exprès parce que Léon, son nom de famille, c'est Palmquist, et c'est un nom suédois. Alors je voulais quand même rendre hommage à ma culture et à ma communauté francophone avec son prénom, déclare-t-elle.

Un couple regarde avec amour un enfant qui sourit.

Ryan Palmquist, Meghan Waters et leur fils Léon.

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Elle y tient d’autant plus qu’elle se souvient de l’époque où sa famille choisissait des noms qui dissimulaient ses racines francophones.

Mon grand-père s’appelait Raymond et lui il a eu une job à MTS parce que son nom, c'était Raymond Johnson et il était capable de passer pour un anglophone. Et lorsqu'il a eu six enfants, il a exprès nommé tous ses enfants avec des noms qui pouvaient être facilement anglicisés. On était comme des francophones secrets, dit-elle.

Maintenant, j’ai l’impression [que ces noms] sont anglicisés par la documentation gouvernementale.

Meghan Waters

Le mari de Mme Waters et papa de Léon, Ryan Palmquist, note que son premier ancêtre à arriver de Suède au Canada a vu son nom transformé par des fonctionnaires. Jadis, le nom de famille ressemblait plus à « Palmqvist ».

Le nom a été changé pour Palmquist, avec un “u”, lorsqu'il a immigré au Canada. C'est maintenant notre nom. Ainsi une simple décision de fonctionnaire peut changer ton identité à tout jamais, affirme-t-il. D'où la peur que ses enfants en viennent à écrire leur nom sans accent.

Meghan Waters devrait recevoir une nouvelle carte d'assurance maladie dans les deux prochaines semaines avec un « e » à la place du point d'interrogation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Francophonie