•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un test d’ADN aide une Acadienne à retrouver sa famille biologique à Terre-Neuve

Une mère et sa fille.

Michelle Blanchard a retrouvé sa mère biologique, Jeanette Dunne.

Photo : Courtoisie de Michelle Blanchard

Radio-Canada

Après des années de recherche, une Acadienne vivant à Charlottetown vient de rencontrer sa mère, sa soeur et son frère biologiques pour la première fois.

Le mois dernier, Michelle Blanchard était à Terre-Neuve pour être réunie avec des membres de sa famille biologique qu’elle cherchait depuis si longtemps. Pour y parvenir, il a fallu un test d’ADN et l’aide d’une cousine éloignée qui a joué les détectives sur les réseaux sociaux.

C’était le jour le plus incroyable de ma vie, confie la résidente de l’Île-du-Prince-Édouard qui a toujours été soutenue dans ses recherches par ses parents adoptifs, Bertha et Francis Blanchard.

Un test d'ADN

En septembre, Michelle Blanchard a soumis un échantillon de salive à un service en ligne d’analyse d’ADN. Un mois plus tard, elle recevait des détails sur son code génétique.

J’ai découvert que j’étais Britannique et Irlandaise, et non pas Acadienne ou francophone, comme j’avais été élevée, relate-t-elle.

L’entreprise trace aussi des liens avec des personnes ayant soumis des échantillons d’ADN pour leur base de données. Michelle Blanchard était liée, souvent de très loin, à environ 1200 personnes, selon cette analyse. Parmi celles-ci, quelques personnes avec un lien de parenté plus étroit.

La grande surprise, c’est que lorsque j’ai commencé à communiquer avec ces personnes, tous les chemins menaient à Terre-Neuve, dit-elle. Elle avait jusque-là entendu dire que ses parents biologiques pourraient être originaires de Nouvelle-Écosse, où ses précédentes recherches avaient été vaines.

Une cousine éloignée, une Terre-Neuvienne habitant en Ontario retracée par Mme Blanchard après le test d’ADN, a décidé de faire enquête et de passer en revue les comptes Facebook de certains autres membres de sa famille. C’est ainsi qu’elle est tombée sur le profil de Wendy Dunne, vivant à Terre-Neuve-et-Labrador.

Jamais auparavant je n’avais vu quelqu’un qui me ressemblait autant, se rappelle Michelle Blanchard.

Wendy Dunne a eu une réaction similaire lorsqu’on lui a envoyé la photo de la Prince-Édouardienne. Oui, c’est ma soeur, je n’ai aucun doute, se souvient-elle d’avoir dit à sa cousine en Ontario, avant d’ajouter : Tu vas devoir m’envoyer cette trousse d’ADN.

Après les comparaisons des deux ADN, Michelle Blanchard et Wendy Dunne ont appris qu’elles sont des soeurs.

Grâce à cette découverte, Michelle Blanchard a pu savoir que sa mère biologique, Jeanette Dunne, née Crocker, vivait à Saint-Jean à Terre-Neuve, et qu’elle avait un frère, Mark, dont elle ignorait l’existence.

Son père biologique, Blaise, est décédé en 2011.

Un frère et deux soeurs.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De gauche à droite : Mark, Wendy et Michelle.

Photo : Courtoisie de Michelle Blanchard

Pour Jeanette Dunne, c’est un immense soulagement d’avoir retrouvé cette fille. Elle avait entendu parler de test d’ADN, de recherches menées par sa fille Wendy avec sa cousine. Elle avait aussi aperçu sur l’écran de l’ordinateur de Wendy une photo de Michelle. J’ai pensé : oh, mon Dieu, c’est comme si je me voyais, dit-elle.

C’est le 11 janvier, après avoir été séparés pendant plus de 53 ans, que Michelle Blanchard et sa mère biologique Jeanette ont enfin été réunies. La première rencontre a eu lieu dans un hôtel à Saint-Jean.

Elle était dans mon coeur toutes ces années, mais pas dans mes bras, dit Mme Dunne.

Jeanette Dunne (à gauche) et Wendy Dunne.

Jeanette Dunne et Wendy Dunne, mère et soeur biologiques de Michelle Blanchard.

Photo : Michelle Blanchard

Jeanette Dunne a expliqué être tombée enceinte à l’âge de 21 ans, sans être mariée. Une situation très taboue à l’époque, rappelle-t-elle. Un prêtre catholique a fait des arrangements pour qu’elle soit hébergée à Charlottetown dans une maison destinée à ce qu’on appelait alors des filles-mères.

Mme Dunne, qui a aujourd’hui 75 ans et ne se considère plus comme catholique, n’a pas eu le droit de voir son enfant après l’accouchement.

Je ne me souviens pas des conversations exactes, confie-t-elle. Tout est un peu nébuleux, mais c’est la façon dont les choses se faisaient à l’époque.

Après l’adoption de la petite fille, Jeanette Crocker a épousé le père de Michelle, Blaise, avec qui elle a eu Wendy et Mark.

Selon un rapport du Sénat du Canada, près de 600 000 naissances qualifiées d’« illégitimes » ont eu lieu au pays de 1945 à 1971. Un grand nombre, sinon la plupart de ces mères ont subi des pressions pour que leur bébé soit placé en adoption.

Les résultats obtenus grâce au service d’analyse d’ADN ont largement dépassé les attentes de Michelle Blanchard, indique-t-elle. Elle prévient cependant les personnes qui pourraient être tentées de recourir à ces services pour retrouver leur famille biologique de ne pas nécessairement s’attendre à un conte de fées. Elle estime d’ailleurs que l’entreprise de biotechnologie informe bien les utilisateurs sur le fait que les informations obtenues par l’entremise de ces analyses peuvent bouleverser des vies.

Michelle Blanchard prévoit de retourner à Terre-Neuve-et-Labrador dès que possible. La famille accueillera les étapes au jour le jour, indique-t-elle, et prendra le temps de voir où cette nouvelle route nous amènera, tous ensemble.

D'après le reportage de Sara Fraser, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !