•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qui a dit qu’il y avait un âge pour aimer?

Un homme et une femme sont assis et se regardent en souriant. Adèle tient un micro parce qu'elle répond aux questions du journaliste.

Adèle et André Blondeau sont toujours amoureux après 49 ans de mariage.

Photo : Radio-Canada / Mohamed-Amin Kehel

Radio-Canada

On peut penser que la vieillesse tue l’amour. En ce jour de la Saint-Valentin, André et Adèle Blondeau font la preuve du contraire.

André et Adèle sont la preuve que l’amour peut aller au-delà des 77 ans dont parlait la fameuse chanson de Michel Sardou, La maladie d’amour. Ils ont 80 et 85 ans, et 49 ans de mariage à leur actif.

Quel est le secret de leur longévité?

« On n’a qu’à se dire qu’on s’aime, répond Adèle. Ce sont des petits gestes, des cartes, des petits cadeaux. Ça ne prend pas grand-chose, ça prend des signes. »

Pour casser en partie le tabou de l’amour vieux, la résidence Despins dans le quartier de Saint-Boniface a organisé une activité pour fêter la Saint-Valentin.

Au menu, bien sûr, des chansons d’amour. Et, dans la salle, on chante, on se lève, on danse.

Pour l’organisatrice, Joëlle Brémault, il était important de célébrer la fête de l’amour dans son établissement.

Parce que vieillesse peut aussi rimer avec tendresse.

« Ça va très bien, même après 54 ans! lance ainsi Normand Boisvert, assis à côté de sa femme, Léonie. L’amour, c’est être heureux quant à moi. »

Malgré les années, leur amour n’a pas pris une ride.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !