•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

80 M$ demandés pour contrer l'érosion des berges aux Îles-de-la-Madeleine

Une plage dévastée par une tempête.

L'Anse-aux-Baleiniers, aux Îles-de-la-Madeleine, quelques jours après la tempête qui a coupé les Madelinots du continent en novembre 2018.

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

Le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, et le maire de la municipalité, Jonathan Lapierre, demandent à Québec de prévoir une enveloppe de 80 millions de dollars dédiée à la protection des berges de l'archipel dans le prochain budget.

Ils ont déposé un mémoire conjoint sur le sujet vendredi dans le cadre des consultations menées par le ministre des Finances, Eric Girard, en vue du budget qu’il déposera en mars.

Selon eux, l'aide gouvernementale actuelle pour contrer l'érosion des berges aux Îles n'est pas suffisante considérant l'impact grandissant des tempêtes sur le littoral de l'archipel.

Il y a un programme actuellement qui existe avec une enveloppe de 45 millions de dollars pour l’ensemble du Québec. Nous avons deux projets qui y ont obtenu du financement, mais c’est un programme qui est extrêmement normé et qui, à chaque fois, demande une contribution considérable du milieu, lance Jonathan Lapierre, qui est aussi président de la Communauté maritime.

Deux hommes à l'extérieur aux Îles-de-la-Madeleine.

Le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, et le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau.

Photo :  Facebook / Municipalité des Îles-de-la-Madeleine

M. Arseneau et M. Lapierre croient qu'un montant de 80 millions de dollars, soit 8 millions par année pendant dix ans, permettra à la communauté maritime de protéger le littoral madelinien plus efficacement et, surtout, à des endroits qui ne correspondent pas aux critères d'admissibilités de subventions gouvernementales.

La Communauté maritime a créé une Commission permanente sur l’érosion des berges et s’est associée, au cours des dix dernières années, avec des experts, des chaires de recherche et des universités qui ont observé et documenté le phénomène de l’érosion des berges. On connaît de façon très fine la problématique et les endroits stratégiques à protéger.

Jonathan Lapierre, maire des Îles-de-la-Madeleine et président de la Communauté maritime

Il faut passer à l’action et le faire de façon planifiée, résolue et avec un budget conséquent. Étant donné que 2020, c’est l’année de l’environnement pour la CAQ, je pense qu’il faudrait intervenir, soutient Joël Arseneau.

Le député estime que les projets découlant de ce financement pourraient même servir d’inspiration pour des projets à la grandeur de la province.

Le mémoire base ses demandes sur les résultats de plusieurs études portant sur l’érosion des berges aux Îles-de-la-Madeleine, notamment ceux de la chaire de recherche en géoscience côtière de l'Université du Québec à Rimouski. Ceux-ci ont établi que le littoral madelinien a perdu 50 centimètres de berges annuellement entre 2004 et 2016 et 60 centimètres entre 2016 et 2017.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Environnement