•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les petites victoires de Handball Acadie

Un homme barbu parle à de jeunes filles.

Dominique Doiron parle à son groupe de joueuses de niveau cadet.

Photo : Radio-Canada / Denis Mazerolle

François Le Blanc

Le groupe Handball Acadie a de quoi être satisfait : à peine un an après sa création, ses équipes empochent déjà des victoires. Le projet de relancer ce sport qui a déjà été très populaire dans le nord-est du Nouveau-Brunswick commence à prendre forme tandis que le groupe gagne de plus en plus d'adeptes dans des conditions qui ne sont pas toujours faciles.

Une jeune est en extension pour tirer le ballon.

Les jeunes de Handball Acadie lors d'un entraînement à Tracadie.

Photo : Radio-Canada / Denis Mazerolle

Deux fois par semaine, une trentaine de jeunes âgés de 11 à 16 ans s'entraînent dans les gymnases de Tracadie et de Pont-Landry. Ils viennent de Tracadie, Shippagan, Néguac et d'aussi loin que Miscou et Miramichi. Dominique Doiron, l'un des fondateurs de Handball Acadie, est fier de la progression du club.

Les gens se parlent entre eux de handball, c'est bien.

Dominique Doiron, Handball Acadie

Le handball a toute une pente à remonter. Dans les années 1980, les ligues étaient nombreuses, chaque école avait son équipe. La Péninsule acadienne était une force aux Jeux de l'Acadie, entre autres.

Mais, le sport a périclité. Malgré la forte popularité d'une forme alternative, le mini-handball, aux Jeux de l'Acadie, il y avait un problème : aucune ligue et aucune équipe ne sont actives pour prendre le relais et faire jouer ces athlètes aux niveaux supérieurs.

Des jeunes jouent. Une joueuse s'apprête à tirer le ballon en sautant.

Le mini-handball est très populaire aux Jeux de l'Acadie. Ici Kent, en bleu, affronte Restigouche, en foncé.

Photo : Radio-Canada

Handball Acadie, depuis l'an passé, a pris le flambeau, avec deux équipes de niveau benjamin. Cette année, il y a deux formations cadettes et une benjamine.

C'est très encourageant, mentionne M. Doiron. Vraiment, on voit un bel esprit d'équipe. Ils jouent vraiment bien ensemble.

Même son de cloche chez les joueurs. Maxime Martinet, de Tracadie, voit une différence.

Un jeune garçon a les bras en l'air, prêt à faire un arrêt devant le filet.

Maxime Martinet est le gardien de l'équipe masculine cadette.

Photo : Radio-Canada / Denis Mazerolle

Cette année, la chimie est vraiment plus présente. On a plus de plaisir! s'exclame le gardien de but cadet. On est mieux préparé que l'année passée, alors qu'on n'avait aucune idée de qu'est-ce qui se passait à Québec.

Le défi de Handball Acadie, c'est le niveau de compétition. Il n'y a toujours pas de ligues dans les Maritimes. Le club doit donc disputer des tournois au Québec. Ça crée une monotonie, car il y a beaucoup d'entraînements entre les voyages.

Mais, les athlètes s'habituent et les efforts sont payants. L'équipe masculine cadet a remporté sa première médaille, à Lévis le mois dernier. Une médaille de bronze qui fait du bien.

Au début, c'est toujours dur sur l'orgueil de perdre, perdre, perdre. Mais, on n'a pas lâché puis, après ça, on était rendu bon.

Maxime Martinet

Chez les filles, il y avait une inquiétude, car beaucoup d'entre elles passaient du niveau benjamin à cadet.

Une jeune femme entre entrevue.

Lonèse Lemay, de Shippagan, joue pour Handball Acadie depuis deux ans.

Photo : Radio-Canada / Denis Mazerolle

On ne savait pas quoi s'attendre, explique Lonèse Lemany.Mais, on a vu les mêmes équipes que l'an passé. Ç'a été, au début, un peu plus rude. Mais, je pense qu'on peut aller dans les médailles.

Ce qui aidera Handball Acadie à long terme, c'est la relève. Le fait d'avoir composé une équipe plus jeune pour les 12-13 ans est positif.

Les benjamines disputent, en fin de semaine, un tournoi à Laval, au Québec. Elles tenteront de remporter une deuxième médaille d'or cette saison.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !