•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ex-dirigeant du FBI blanchi par la justice américaine

Le directeur par intérim du FBI, Andrew McCabe.

Le directeur par intérim du FBI Andrew McCabe lors de son audition devant le comité du Sénat sur le renseignement.

Photo : Reuters / Eric Thayer

Radio-Canada

Le bureau du procureur général des États-Unis ne déposera aucune accusations contre l’ex-directeur adjoint du FBI, Andrew McCabe, qui était accusé par l'administration Trump d’avoir divulgué de l’information aux médias sur des enquêtes concernant notamment la Fondation Clinton et l’ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016.

Congédié en mars 2018, deux jours avant sa retraite, Andrew McCabe était accusé par le secrétaire américain à la Justice, Jeff Sessions, d’avoir menti à des fonctionnaires et d'avoir autorisé un subordonné à partager avec des journaux des informations provenant de discussions et de rapports internes.

Andrew McCabe, qui n’était pas dans les bonnes grâces de l’administration Trump, estimait pour sa part avoir plutôt été congédié parce qu’il avait corroboré les affirmations de l’ancien directeur du FBI, James Comey, selon lesquelles le président Trump avait tenté de le forcer à mettre fin à l’enquête sur une possible collusion de la Russie avec son équipe de campagne lors des présidentielles de 2016.

Vendredi, le bureau du procureur a fait savoir dans une lettre aux avocats d’Andrew McCabe que l’affaire était désormais close et qu’aucune accusation ne serait retenue contre leur client relativement à cette affaire.

Sur la base de l'ensemble des circonstances et de toutes les informations connues du gouvernement à l'heure actuelle, nous considérons que l'affaire est close.

Extrait de la lettre du bureau du procureur général des États-Unis
Andrew McCabe est escorté par la police américaine avant une réunion avec les membres des comités de surveillance et de réforme gouvernementale.

Andrew McCabe a été directeur par intérim du FBI de mai à août 2017, après le licenciement de James Comey par Donald Trump.

Photo : Getty Images / Chip Somodevilla

Andrew McCabe, qui a été régulièrement la cible d’attaques personnelles de la part du président Trump, s’est toujours défendu d’avoir trompé qui que ce soit et d’avoir divulgué quelque information que ce soit provenant d’une enquête du FBI. Selon lui, s’il a été congédié, c’est strictement pour des raisons politiques.

Dans une poursuite qu’il a intentée en août dernier contre le département de la Justice, Andrew McCabe explique que le bureau de Donald Trump s’est servi des informations recueillies par l’inspecteur général comme prétexte pour se débarrasser des dirigeants qui étaient opposés aux vues du président.

Outre sa solidarité envers son ancien patron, James Comey, Donald Trump reprochait également à l’épouse d’Andrew McCabe d’avoir pris part sous la bannière démocrate à une élection en Virginie avec le gouverneur Terry McAuliffe, un proche d'Hillary Clinton.

L'enquête du procureur général des États-Unis sur la probité d’Andrew McCabe a quant à elle été déclenchée après la parution d'un article dans The Wall Street Journal, en octobre 2016, qui décrivait les débats internes qui avaient eu lieu au sein du FBI et du département de la Justice concernant des pressions pour qu’une enquête vigoureuse soit déclenchée sur la Fondation Clinton quelques semaines avant les élections présidentielles qui ont porté Donald Trump au pouvoir.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !