•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inquiétudes des conseillers autour de la révision de la loi sur les élections municipales

Extérieur de l'hôtel de ville d'Edmonton. Edmonton et Calgary se joignent aux grandes villes canadiennes qui sont gérées par des chartes, comme Vancouver, Toronto et Montréal.

Le conseil municipal de la Ville d’Edmonton prévoit discuter de la consultation autour de la loi régissant les élections municipales la semaine prochaine.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des conseillers municipaux d'Edmonton s'inquiètent de la révision provinciale de la loi régissant les élections municipales, dont l’entrée en vigueur est prévue pour les prochaines élections, en octobre 2021.

Le ministère des Affaires municipales souhaite plus particulièrement revoir les règles entourant la durée des campagnes électorales, le processus de nomination, la limite entourant les dons, la publicité des tiers partis et la possibilité de révoquer un élu.

La révision comprend une consultation web de la population, qui se tient jusqu’au 4 mars.

Nous espérons que toutes les préoccupations qui découlent des dernières élections et de la dernière révision pourront être traitées, de même que celles que nous ont mentionnées des citoyens, explique le ministre des Affaires municipales, Kaycee Madu.

La loi régissant les élections municipales s’applique à toutes les villes et municipalités, et à tous les villages, comtés et conseils scolaires. Elle ne s’applique toutefois pas aux terres métisses ni aux zones d’irrigation.

Inquiétude des élus locaux

Le conseiller municipal Andrew Knack craint que cette consultation ne soit trop rapide.

Je pense que précipiter quelque chose d’aussi important, c’est tout à fait irresponsable de la part du gouvernement provincial.

Andrew Knack, conseiller municipal d'Edmonton

Il remet en question la pertinence d’un tel sondage qui traite de questions complexes, selon lui.

Même son de cloche du côté de la conseillère municipale Sarah Hamilton, qui se dit ouverte aux changements proposés par le gouvernement, même si elle considère, elle aussi, que le délai de consultation est très court.

Je pense qu’il y a de la place pour de l’amélioration, mais il revient au gouvernement d’écouter ce que les municipalités et l’électorat veulent et de leur donner le temps, dit-elle.

Le conseil municipal d’Edmonton prévoit de discuter de cette révision la semaine prochaine afin de soumettre ses propositions au Ministère.

Comité d'action politique

Le conseiller municipal Andrew Knack craint aussi que cette révision n'ouvre la porte à la création de plus de comités d’action politique, c’est-à-dire des groupes qui sont formés afin d'appuyer un candidat sans pour autant être un parti politique.

Pour le moment, si ces comités d’action politique dépensent plus de 1000 $ en publicité, ils doivent s’enregistrer auprès d’Élection Alberta. Cela dit, une fois que c'est fait, il n’existe aucune limite sur le montant total qu’ils peuvent dépenser.

Le ministre des Affaires municipales, Kaycee Madu, présentera les résultats de cette consultation au printemps, mais souligne que les commentaires reçus par le public et les élus municipaux ne mèneront pas nécessairement à des changements de la loi.

Le précédent gouvernement provincial avait déjà mis en place des changements à la loi régissant les élections municipales, à la suite d’une révision en 2018, mais les changements ne devaient s'appliquer qu’aux prochaines élections municipales, en 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !