•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinquième journée de manifestation à Listuguj

Un homme se tient devant un feu de camp protégé par une bâche. Tout près, des troncs d'arbre sont empilés sur le sol.

Des manifestants bloquent le chemin de fer pour une cinquième journée consécutive.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Radio-Canada

Des manifestants bloquent le chemin de fer pour une cinquième journée consécutive à Listuguj.

Malgré le froid, la mobilisation ne montre aucun signe de fatigue à Listuguj. Cinq personnes ont passé la nuit au campement, selon les manifestants.

Le maire de New Richmond et président de la Société du chemin de fer en Gaspésie, Éric Dubé, se prépare à gérer les impacts d'une nouvelle semaine de crise.

Aujourd'hui, on finalise le chargement des pales d'éolienne à New Richmond et on est en train de mettre en place un plan, si ça se prolonge une autre semaine, pour voir comment on va organiser nos employés, explique-t-il.

Cette semaine, on avait quand même un peu de travail pour eux, mais si ça perdure, va falloir prendre une position, peut-être les réaffecter à d'autres tâches. On est en train d'évaluer ça; t'sais, nous, on paie nos employés, précise M. Dubé.

On est un grain de sable dans la problématique. C'est un enjeu national. On est vraiment loin des prises de décision du fédéral. J'espère qu'ils vont trouver une solution le plus rapidement possible.

Éric Dubé, président de la Société du chemin de fer en Gaspésie

De son côté, le directeur général de Temrex, Michel Bigaouette, admet que la situation pourrait devenir critique si la crise se prolongeait.

Normalement, l'entreprise expédie 10 wagons de bois d'œuvre chaque semaine aux États-Unis. Actuellement, cinq de ces wagons sont coincés à Québec, et les cinq autres sont toujours à l'usine de Nouvelle. M. Bigaouette espère trouver des camions pour transporter la marchandise à destination.

Le défi à court terme sera de trouver des camions, parce que tout le monde va en chercher. La situation n’est pas critique pour l’instant, mais elle pourrait le devenir si ça persiste.

Michel Bigaouette, directeur général de Temrex

Temrex expédie également chaque semaine 24 wagons de copeaux de bois à Rivière-du-Loup. Dans ce cas, il a été possible de réaliser toutes les livraisons par camion au cours de la semaine.

Même si les barricades ont été retirées des chemins de fer en Colombie-Britannique et au Manitoba, les manifestants de Listuguj affirment ne pas avoir l'intention de quitter leur campement.

Et même s'ils pliaient bagage, cela ne changerait pas grand-chose, selon M. Dubé, vu la décision de VIA Rail et du CN d'interrompre leurs services totalement ou en partie jusqu'à ce que cessent les blocages.

Présentement, il n'y a plus aucun train de passagers qui se promène au Canada, et aucun train de marchandises à l'est de Toronto. Même si on débloquait ici, ça ferait qu'on irait mener nos wagons à Matapédia, mais si le CN ne vient pas les chercher, on n'est pas plus avancés, déplore-t-il.

De son côté, la députée de la Gaspésie et des Îles, et ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, espère une sortie de crise pacifique, après des jours de manifestations sur les voies ferrées du pays.

Mme Lebouthillier affirme que ses collègues des Services aux autochtones, Marc Miller, des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, et des Transports, Marc Garneau, travaillent à trouver une issue au dossier.

Avec les informations d'Isabelle Larose

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Environnement