•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gel des tarifs d'OC Transpo de nouveau prolongé

Une femme paie son trajet avant de prendre le train léger sur rail.

Le gel des tarifs d'OC Transpo est de nouveau prolongé.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le conseil municipal d'Ottawa a voté mercredi dernier la prolongation du gel des tarifs d'OC Transpo qui a été mis en place en tant que sursis pour les usagers frustrés par les services peu fiable du nouveau train léger.

La motion donne aux cadres supérieurs de la Ville la responsabilité de décider quand la hausse des tarifs de 2,5 % entrera en vigueur.

Il était initialement prévu pour le 1er janvier, puis reporté au 1er mars. Le conseil municipal prolonge ce gel jusqu’au 1er avril.

Deux trains se déplacent sur les rails enneigés.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le train léger d'Ottawa après une première chute de neige importante.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Le conseiller Allan Hubley, président de la commission du transit, a déclaré que le changement va permettre à ses membres de se concentrer sur les problématiques liées au service.

Les conseillers pourront venir à la commission des transports et parler des problèmes de service réels s'ils continuent et ainsi de suite. Nous ne retirons pas cette discussion, a déclaré le conseiller Hubley.

L'augmentation des tarifs en avril dépendait du fait que le train léger respecte les normes de service prévues dans le contrat de la ville.

La commissaire aux transports en commun Sarah Wright-Gilbert avait proposé de prolonger le gel des tarifs jusqu'au 30 juin. Elle craint de confier au personnel la responsabilité de la décision.

Sarah Wright-Gilbert, commissaire citoyenne de la Commission du transport en commun d'Ottawa.

Sarah Wright-Gilbert, commissaire citoyenne de la Commission du transport en commun d'Ottawa

Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfer/CBC

Ce sont ces conseillers et commissaires qui devront répondre aux électeurs de la raison pour laquelle les taux ont augmenté.

Sarah Wright-Gilbert, commissaire citoyenne de la Commission du transport en commun d'Ottawa

Un membre du groupe des usagers de transport en commun d'Ottawa, John Redins, a déclaré que les passagers ne veulent pas payer pour un service qu'ils n'obtiennent pas et que les politiciens devraient assumer la responsabilité de leur décision.

Personne ne veut être responsable de quoi que ce soit. C'est frustrant pour les usagers. C'est frustrant pour les employés qui y travaillent.

John Redins, du groupe des usagers de transport en commun d'Ottawa

« Un standard élevé »

Le directeur municipal Steve Kanellakos et le directeur général du transport en commun John Manconi détermineront si les normes sont respectées. Ils fourniront aux clients et au conseil un préavis d'au moins un mois.

M. Manconi parle à une table devant les membres de la Commission.                               Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le directeur général d'OC Transpo, John Manconi, prend la parole devant la Commission du transport en commun de la Ville d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Le directeur général d'Oc Transpo, John Manconi, a déclaré mercredi aux conseillers qu'il surveille tout dérapage des constructeurs et de la société d'entretien Rideau Transit Maintenance (RTM) sur le respect de leurs normes.

C'est un service régulier aux heures de pointe, puis tout au long de la journée, de façon constante et que les stations soient ouvertes et que tout l'équipement fonctionne, a déclaré M. Manconi.

La Ville affirme qu'elle perd 340 000 $ par mois en raison du gel des tarifs.

Ces coûts sont couverts en utilisant les paiements retenus à la RTM, comme pénalité pour un service qualifié comme étant de mauvaise qualité par le conseil municipal.

Le gel a un effet aggravant

Le personnel de la Ville avait précédemment déclaré qu'un gel des tarifs d'un an en 2020 coûterait 4,9 millions de dollars.

Le personnel a déclaré mercredi aux conseillers que cela aurait également un effet aggravant sur la base du budget du transport en commun au fil du temps.

Le conseiller du quartier de Stittsville, Glen Gower, a averti les conseillers qu'un gel d'un an pourrait avoir un impact négatif sur le budget du transport en commun.

C'est certainement bénéfique et un bon geste pour les usagers, mais cet argent serait-il mieux dépensé pour investir dans plus d’autobus, plus d'opérateurs, un service élargi et plus d'abribus , se demande le conseiller Gower.

Jean Cloutier en entrevue à l'hôtel de ville d'Ottawa.

Jean Cloutier demande aux usagers d'OC Transpo de faire preuve de patience.

Photo : Radio-Canada

Le conseiller du quartier Alta Vista Jean Cloutier s'est également prononcé en faveur du gel. Mais il a déclaré que la Ville n'a que trois options en matière de transport en commun : payer avec les taxes, les tarifs ou réduire le service.

Le gel des tarifs qui se prolonge indéfiniment ne fera rien pour améliorer les services, a déclaré M. Cloutier.

Avec les informations de Matthew Kupfer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique municipale