•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Robert Gauvin quitte le caucus progressiste-conservateur de Blaine Higgs

Robert Gauvin a annoncé sa décision : il quitte le caucus conservateur et devient député indépendant.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Pierre-Philippe LeBlanc
Marie-Ève Arsenault

Le député de Shippagan-Lamèque-Miscou, Robert Gauvin, devient indépendant. Il a annoncé sa décision en conférence de presse à Shippagan vendredi matin, quatre jours après l'annonce sur la réforme controversée des services de santé du gouvernement de Blaine Higgs.

Le gouvernement progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick a présenté mardi une réforme en santé qui incluait notamment la fermeture partielle du service des urgences de six hôpitaux, dont celui de Caraquet.

Robert Gauvin était vice-premier ministre, ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture ainsi que ministre responsable de la Francophonie dans le gouvernement minoritaire de Blaine Higgs.

L'ancien comédien a tenu en haleine une salle comble avec un discours imagé, dans lequel il évoquait l'importance d'aller au bout de ses rêves. Il a cité en exemple son parcours en théâtre, à la télévision et à Juste pour rire.

J’ai été en politique aussi avec des ambitions et des rêves. Mais présentement, je ne peux pas les accomplir.

Robert Gauvin, député de Shippagan-Lamèque-Miscou

Il a honoré au passage la mémoire de son défunt père Jean Gauvin, ancien ministre provincial des Pêches, en disant que les gens se souviennent encore de lui parce qu'il a toujours mis son monde en avant du parti.

Robert Gauvin.

« Ce projet-là, c’est une attaque à la ruralité du Nouveau-Brunswick », a lancé Robert Gauvin à propos de la réforme en santé du gouvernement Higgs.

Photo : Radio-Canada

Il a déjà dit plus tôt cette semaine qu'il s'oppose catégoriquement à la décision de son caucus de fermer de minuit à 8 h les services des urgences des hôpitaux de Caraquet, de Grand-Sault, de Perth-Andover, de Sackville, de Sainte-Anne-de-Kent et de Sussex.

Robert Gauvin croit qu'après cette sortie, s'il était resté dans le caucus progressiste-conservateur, il aurait perdu ses fonctions ministérielles.

Tard hier soir, j’ai parlé avec le premier ministre et je lui ai demandé qu’est-ce qu’on fait. Et sa réponse a été très simple et très directe. Il m’a dit : "Je n’ai pas encore décidé qu’est-ce que j’allais faire avec toi". Suite à ça, c’est que si je retourne, je ne serai plus ministre. Je serai un député d’arrière-ban. Il ne me l’a pas dit. Il attendait que je fasse cette conférence de presse aujourd’hui, mais je ne serais qu’un simple député d’arrière-ban, et je n’aurais plus de voix, explique Robert Gauvin.

Et la réforme de la santé passerait parce qu’il n’y a pas de vote là-dessus. Il ajoute que c'était important de comprendre qu'il n'y a pas de vote là-dessus, en détachant chaque syllabe pour donner de l'importance à ses propos.

Le premier ministre a le droit de décider si je suis un ministre, mais il n’a pas le droit de décider si je suis votre député ou non. Sur ce, j’annonce que je suis officiellement indépendant, Mesdames et Messieurs.

Robert Gauvin, député de Shippagan-Lamèque-Miscou

Il dit aussi avoir subi de l'intimidation de la part de membres du Parti progressiste-conservateur. Hier, j’ai été intimidé par mon propre parti, déplore-t-il.

C'est le pire deux ans de ma vie. J'ai vécu l'enfer avec ce gouvernement-là. C'était très difficile. Souvent, je prenais des décisions [et] après ça on les renversait pour finalement me donner raison. Alors, un petit peu de liberté va faire du bien.

Robert Gauvin, député de Shippagan-Lamèque-Miscou

Il a aussi reçu de nombreux appels de citoyens des quatre coins de la province qui défendaient les urgences de leur hôpital respectif et lui demandaient de ne pas les laisser tomber.

Le gouvernement Higgs a confirmé mardi un plan de réorganisation des ressources médicales qui comprend la fermeture partielle de ces urgences et la conversion de 120 lits de soins actifs en lits de soins de longue durée, principalement pour les personnes âgées en attente d'une place en résidence.

Le but, selon le gouvernement, est d'améliorer l’accès aux médecins de famille et aux infirmières praticiennes. Le changement des heures d’ouverture permettra, selon les réseaux de santé, d’embaucher une infirmière praticienne dans chacun des six hôpitaux. Des infirmières praticiennes seront aussi embauchées dans les grands centres, question de réduire les temps d’attente.

Pour connaître les réactions du premier ministre Blaine Higgs à la défection de Robert Gauvin, consultez notre article intitulé Le départ de Robert Gauvin fragilise le gouvernement Higgs.

Des félicitations de la part des verts et des néo-démocrates

L’ancien député néo-démocrate d’Acadie-Bathurst, Yvon Godin, dit être extrêmement fier de Robert Gauvin. Le député Gauvin, souligne-t-il dans une publication sur Facebook, a mis son emploi en jeu pour le système de santé et le milieu rural.

Nous avons le DEVOIR de le [soutenir] à 100 %. Il a été accusé de se cacher. Si une personne ne s’est jamais cachée, c’est bien Robert Gauvin. Félicitations, mon ami, écrit Yvon Godin.

Le député Gauvin parle devant une salle comble.

Les gens étaient venus en grand nombre pour écouter le député se prononcer sur son avenir politique.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Robert Gauvin est courageux, et son père, l’ancien ministre Jean Gauvin, serait fier de lui, selon le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, David Coon. Le Parti vert accueillera M. Gauvin dans ses rangs s’il le souhaite, souligne-t-il.

Le chef des verts ajoute que ses deux députés et lui-même voteront contre le gouvernement à la première occasion.

Bien sûr, ce gouvernement ne peut pas traiter les gens des régions rurales du Nouveau-Brunswick comme des statistiques, des pièces d’échecs. C’est inacceptable. [...] Donc, moi et mes collègues, nous n’avons pas confiance dans le gouvernement de M. Higgs, affirme David Coon.

Kevin Arseneau dans la foule.

Le député vert Kevin Arseneau (au centre, portant un béret) a assisté au point de presse de Robert Gauvin.

Photo : Radio-Canada

Le chef de l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, Kris Austin, dit maintenant qu'il s'oppose lui aussi à la fermeture des urgences la nuit et qu'il pourrait appuyer une motion de défiance. La survie du gouvernement conservateur de Blaine Higgs est donc plus fragile que jamais.

Avec les libéraux, les verts et les alliancistes contre cette décision, les options s'amincissent.

Le départ de Robert Gauvin place le gouvernement minoritaire de Blaine Higgs dans une position délicate à l’Assemblée législative. Au cours de la dernière séance de travaux législatifs, la répartition des sièges était la suivante :

  • Parti progressiste-conservateur : 21
  • Parti libéral : 20
  • Parti vert : 3
  • L’Alliance des gens : 3
  • Vacant : 2

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale