•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une dizaine de personnes âgées évacuées du Diamond Princess

On ignore pour l’instant si des Canadiens se trouvent parmi elles.

L'autocar est devant le bateau de croisière.

Les passagers qui ont pu descendre du Diamond Princess ont pris place dans un autocar au port de Yokohama.

Photo : Getty Images / AFP / Charly Triballeau

Radio-Canada

Les autorités japonaises ont permis vendredi à au moins 11 passagers âgés et à la santé fragile de descendre du bateau de croisière en quarantaine Diamond Princess. Ils devront cependant poursuivre leur isolement sur la terre ferme.

Cette possibilité n'a été offerte qu'aux personnes de 80 ans ou plus, en mauvaise santé ou confinées dans des cabines sans fenêtre, et dont les tests de dépistage du nouveau coronavirus se sont avérés négatifs. La quarantaine, qui doit se terminer mercredi prochain, risque d’affecter l’état de santé des passagers les plus fragiles.

Les premiers évacués ont pris place dans des autocars aux rideaux fermés. Les chauffeurs portaient des combinaisons de protection intégrale, avec masques et lunettes.

Un responsable gouvernemental a indiqué que 11 personnes, dont on ignore pour l'heure la nationalité, avaient saisi l'occasion de quitter le navire, mais sans dire s’il était possible que d'autres puissent les suivre plus tard.

Le virus SARS-CoV-2 a infecté 218 personnes à bord, dont une douzaine de Canadiens.

Des passagers sur leur balcon.

Certains passagers ont la chance de pouvoir sortir sur le balcon dont leur chambre dispose, mais ce n'est pas le cas de tous.

Photo : Getty Images / AFP / Charly Triballeau

Les Québécois Manon Trudel et Julien Bergeron ont indiqué en entrevue à l'émission Tout un matin, à ICI Première, qu'ils demeuraient confinés dans leur petite cabine, en ce jour de Saint-Valentin.

Le personnel de paquebot a d'ailleurs offert quelques gâteries aux croisiéristes, pour l'occasion. Ils nous ont fourni une rose, du chocolat, des masques antirides, alors on a eu plein de cadeaux aujourd'hui. C'était presque Noël! a lancé Mme Trudel, pleine d'humour. Cette dernière a souligné qu'elle n'avait pas de si grandes exigences : J’aurais mangé un Big Mac avec mon chum et ça aurait été ben correct, mais ailleurs!

Les passagers ont aussi pu sortir brièvement de leur cabine cette semaine.

Dans les quatre derniers jours, on a eu droit à quatre heures à l'extérieur – une heure par jour, ce qui est très, très, très, très bon pour nous, pour notre moral.

Manon Trudel, passagère québécoise du Diamond Princess

Manon Trudel s'est aussi demandé pourquoi les personnes qui ont été évacuées l'ont été à l'abri des regards, des tentes installées du paquebot jusqu'aux autocars qui les transportaient. Les abris Tempo, ici au Japon, ils ne servent pas pour la neige, ils servent plutôt à camoufler qui entre dans les autobus, a-t-elle dit. S'ils ne sont pas malades, pourquoi on ne peut pas les voir?

Une femme portant un masque antiprojections se trouve sur le pont d'un navire.

Manon Trudel et son conjoint sont coincés sur le bateau de croisière Diamond Princess, près du port japonais de Yokohama.

Photo : Courtoisie

Le ministre canadien des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, avait évoqué jeudi la possibilité que des voyageurs puissent être évacués. Les autorités japonaises sont en train de vérifier les installations nécessaires, l'assistance médicale qui serait fournie et comment ce transfert-là serait organisé, avait-il expliqué.

M. Champagne a ajouté que des équipes d'intervention d'urgence et des responsables consulaires canadiens étaient au Japon pour s'assurer que les Canadiens reçoivent l'aide dont ils ont besoin, dont la possibilité de contacter leurs proches à la maison.

Le responsable des situations d'urgence de l’OMS, le Dr Michael Ryan, avait souligné qu'il est difficile pour n'importe qui de vivre dans un environnement clos comme celui-là, mais c'est particulièrement difficile pour un aîné.

Nous allons discuter avec le Japon au cours des prochains jours pour voir si nous pouvons en arriver à un meilleur arrangement pour ceux qui restent à bord du navire, avait précisé le Dr Ryan.

Que réservent les prochains jours?

Le secrétaire d’État à la Santé Gaku Hashimoto est monté vendredi à bord du Diamond Princess pour annoncer aux passagers que tous ceux qui sont considérés comme ayant un risque élevé de voir leur état se dégrader allaient être soumis à des tests de détection du virus.

Les personnes testées positives devraient être hospitalisées. Les couples pourraient alors être séparés, a déploré Manon Trudel : Ils peuvent en installer un dans un hôpital et l'autre dans un autre hôpital.

Les voyageurs qui sont déclarés négatifs pourront être transférés dans des logements mis à leur disposition par le gouvernement japonais.

Ils devaient en fait être enfin libres de leurs mouvements, selon Mme Trudel. J'ai demandé aux gens du consulat si on pourrait faire n'importe quoi et ils ont dit : "Oui, oui, vous pouvez continuer votre voyage."

Plusieurs caméramans et photographes sont devant le navire, éclairé, la nuit.

Douze passagers canadiens du Diamond Princess ont été infectés par le virus COVID-19.

Photo : Getty Images / Carl Court

À son arrivée à Yokohama, au sud-ouest de Tokyo, le 3 février, le paquebot comptait 3711 passagers et membres d'équipage.

Mais ce nombre a diminué depuis, car les personnes infectées ont été évacuées et hospitalisées, tout comme celles qui requéraient des soins médicaux pour d'autres raisons.

Dix de ces personnes se trouvent actuellement dans un état grave, a précisé vendredi le ministre de la Santé Katsunobu Kato.

Hormis les 218 cas positifs du Diamond Princess, ainsi que celui d'un officier de quarantaine contaminé à bord, le Japon comptait vendredi 39 autres cas d'infection au coronavirus sur son territoire.

Le cas de l'officier de quarantaine a suscité des inquiétudes parmi les croisiéristes, a signalé Mme Trudel. C'est quelqu'un qui est passé dans presque toutes les chambres du bateau, qui a pris les températures de tous les passagers. [...] Les mesures de prévention que lui-même avait prises n'étaient pas suffisantes.

Le conjoint de Mme Trudel, Julien Bergeron, s'interroge aussi sur les risques posés par le personnel du navire.

Le personnel n'est pas en quarantaine, ils sont quatre dans la même chambre [...], ils travaillent, ils mangent, ils respirent le même air, il y en a qui sont malades, ils ne portent pas tous les bons masques. Ce n'est pas contrôlé.

Julien Bergeron, passager québécois du Diamond Princess

Une octogénaire décédée à l'hôpital a été reconnue comme porteuse du coronavirus après sa mort.

Le ministre Champagne a souligné jeudi qu'environ 250 Canadiens qui se trouvent sur un autre navire au large des côtes du Cambodge, le Westerdam, avaient été déclarés négatifs au coronavirus. Ils seront rapatriés au Canada aux frais de l'entreprise de croisière, a-t-il souligné.

Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

International