•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le géographe Louis-Edmond Hamelin s'éteint

Louis-Edmond Hamelin montre une carte du doigt.

Louis-Edmond Hamelin était un géographe de renommée internationale.

Photo : Radio-Canada / Laurent Boursier

La Presse canadienne

Le géographe Louis-Edmond Hamelin, spécialiste de la nordicité québécoise, s'est éteint à l'âge de 96 ans.

Les éditions du Septentrion ont indiqué jeudi sur Facebook avoir appris avec tristesse le décès de Louis-Edmond Hamelin, pionnier des études nordiques au Québec. L'entreprise a souligné qu'il laissait derrière lui une oeuvre colossale, et a offert ses condoléances à sa famille et ses proches.

Homme de terrain et intellectuel, il s’est rendu en canot à la baie James à la fin des années 1940, et a fait de très nombreux voyages d'études dans le Nord.

Au fil de recherches qui se sont étalées sur plus de cinq décennies, M. Hamelin a abordé de front de nouveaux thèmes comme ceux des frontières, de l'identité du Nord de même que des relations entre le Nord et le Sud à l'intérieur des pays froids.

Le Centre interuniversitaire d'études et de recherches autochtones a affirmé sur Facebook que tous les chercheurs qui travaillent sur le Nord lui sont profondément redevables. Se disant l'héritier du Centre d'études nordiques de l'Université Laval, fondé par M. Hamelin, cet organisme a parlé d'une dette immense envers le travail du géographe.

Il a parcouru le Nord à pied, en canot, en train et en avion, mais aussi mentalement en créant un lexique qui a permis au Québec d'exprimer sa nordicité et son autochtonie, des mots qu'il a créés pour décrire ces réalités trop souvent méconnues du Québec. Il a aussi mis de la poésie dans la recherche en créant des mots tels que "glaciel" ou "hivernité", qui nous permettent de nous réconcilier avec notre hiver.

Le Centre interuniversitaire d'études et de recherches autochtones, sur Facebook

Dans son ouvrage Nordicité canadienne, paru en 1975, le géographe reconnu à l'international a livré son expérience vécue sur le Nord et sa signification, les conflits entre le fédéral, les provinces et les autochtones, et exposé un sous-développement économique du Nord.

En 2011, M. Hamelin a pris part au dévoilement du Plan Nord au côté du premier ministre de l'époque, Jean Charest. Il plaidait depuis des décennies en faveur du développement du Grand Nord québécois, en ayant notamment à coeur l'avenir des communautés autochtones aux prises avec de graves problèmes sociaux.

Grand officier de l'Ordre national du Québec et officier de l'Ordre du Canada, M. Hamelin a enseigné à l'Université Laval de 1951 à 1978. Un groupe d'études est désigné en l'honneur de sa contribution dans cet établissement à Québec, la Chaire Louis-Edmond Hamelin de recherche nordique en sciences sociales.

M. Hamelin a été recteur de l'Université du Québec à Trois-Rivières, de 1978 à 1983, et président de l'Association canadienne-française pour l'avancement des sciences (ACFAS) en 1979 et 1980.

J'ai eu le bonheur et le privilège de me frotter à son savoir et son amour du territoire lors de plusieurs grandes entrevues. Humble et grand, tel était l'immense géographe Louis-Edmond Hamelin, a déclaré sur Twitter l'animatrice Marie-France Bazzo.

Merci de votre contribution à une meilleure compréhension de notre vaste territoire. Plusieurs ont marché (dont mon père) et marchent toujours dans vos pas de géographe, a écrit la députée libérale de Saint-Henri–Sainte-Anne, Dominique Anglade.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !