•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un conflit de travail risque de perturber le déneigement à Fredericton

Une souffleuse municipale déblaie la neige sur un trottoir.

Un groupe de travailleurs de la Ville de Fredericton, qui comprend ceux affectés au déneigement, a présenté à l'employeur un préavis de grève de 24 heures, jeudi.

Photo : CBC/Shane Fowler

Radio-Canada

Un groupe de travailleurs de la Ville de Fredericton compte déclencher une grève à 16 h, vendredi, après l’échec des négociations avec l’employeur.

La décision des syndiqués survient à la suite d’un vote des conseillers municipaux, lundi soir, pour imposer un lock-out si les négociations échouent.

Il s’agit des travailleurs de la section 508 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP). Ils entretiennent les sentiers, les parcs municipaux, les patinoires extérieures et les réseaux d’eau et d’égout. Ils effectuent aussi les travaux de déneigement des rues et des trottoirs.

Leur plus récent contrat est arrivé à échéance en décembre 2018. Les négociations se poursuivaient depuis octobre 2019.

Selon le syndicat, il y a eu un processus de médiation, mais il n’a pas été possible de s’entendre pour autant avec l’employeur sur la question des salaires.

La Municipalité va donc imposer un lock-out à ces travailleurs jusqu’à la conclusion d’un accord collectif, a confirmé jeudi le directeur des communications de la Ville de Fredericton, Wayne Knorr.

L’offre de la Municipalité est juste et définitive, selon M. Knorr. Elle comprend des améliorations relativement aux salaires, aux avantages sociaux et aux allocations liées au coût de la vie au Nouveau-Brunswick, explique-t-il, sans donner de chiffres.

Les syndiqués pour leur part accepteraient une augmentation de salaire basée sur la hausse du coût de la vie pour chacune des cinq années du contrat avec un taux plancher de 1,75 %, indique le SCFP.

Un chasse-neige déblaie une rue dans la tempête.

Certains administrateurs vont prendre le volant des chasse-neige à Fredericton durant le lock-out.

Photo : CBC/Myfanwy Davies

L’offre de la Municipalité ne comprend aucune augmentation la première année, et les hausses prévues durant les quatre années suivantes sont liées au coût de la vie, soutient le syndicat.

Ce n’est pas suffisant pour atteindre la parité salariale avec les autres municipalités de la province, selon le président de la section syndicale, Kevin Smallwood.

Le plan de rechange de Fredericton

La Municipalité a déjà un plan pour fournir certains services de base dont se chargent habituellement les travailleurs qu’elle veut mettre en lock-out, explique Wayne Knorr.

Des administrateurs qui ont la formation nécessaire vont conduire les chasse-neige et épandre le sel dans la ville et se charger d’autres services à la population, a expliqué le directeur municipal, Chris MacPherson, lundi, lors de la réunion du conseil municipal.

Ces employés feront de leur mieux, mais le public ne doit pas s’attendre aux mêmes services que d’habitude, a souligné M. MacPherson.

Le lock-out empêche les syndiqués de faire une grève tournante qui compliquerait les services de rechange, selon la Municipalité.

Qu'est-ce qu'un lock-out?

Un lock-out est la fermeture d'un lieu de travail, une suspension de travail ou le refus par un employeur de continuer d'employer un certain nombre de ses employés, en vue de contraindre les employés de l'unité de négociation à accepter les conditions d'emploi.

Source : Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Avec les renseignements de Colin McPhail, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !