•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après des années de crise, la radio CIBL remonte la pente

Un homme au micro.

La radio communautaire CIBL, qui fête son 40e anniversaire cette année, est en pleine renaissance.

Photo :  Facebook/CIBL

Radio-Canada

Il y a deux ans, la radio communautaire montréalaise CIBL, au bord du gouffre, congédiait l’ensemble de son personnel. Aujourd’hui, cette radio, qui fête son 40e anniversaire cette année, est en pleine relance. Elle ambitionne de recruter à nouveau des personnes salariées et rêve de mettre sur pied une salle de nouvelles pour offrir des programmes d'information.

En janvier 2018, en proie à de graves difficultés financières, CIBL a licencié les 13 membres de son personnel et suspendu temporairement sa programmation.

Une tempête financière

Le budget de CIBL a souffert de la flambée des dépenses immobilières liées au déménagement de la radio du quartier Hochelaga-Maisonneuve vers le centre-ville, où elle est devenue copropriétaire d’un édifice accueillant des organisations culturelles.

Les frais sont passés de 12 000 à 120 000 $ annuellement, a expliqué Jeanne Doré, la présidente du conseil d’administration, à Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18, à l’occasion de la Journée mondiale de la radio.

À la même époque, comme de nombreux médias, CIBL a vu ses revenus publicitaires plonger. Des revenus qui ont été divisés par 10 en quelques années.

Depuis deux ans, CIBL a réduit l’espace de ses locaux, survit grâce à ses nombreux bénévoles et s’emploie à se restructurer. Son objectif est de créer deux ou trois postes permanents d’ici la fin de l’année afin de pouvoir s’investir davantage dans la renaissance de sa station de radio.

Outre la publicité, elle mise sur des dons et des partenariats pour pérenniser son avenir.

L’amour de la radio

Malgré cette crise, CIBL a pu compter sur l’engagement et la passion pour la radio de ses bénévoles. Les gens qui font de la radio aiment la radio, et on le sent à CIBL. Les gens sont fiers d’être en ondes et de participer à des émissions, se félicite Jeanne Doré.

La présidente du conseil d’administration se dit confiante pour la suite, même si revenir à la stabilité prendra un peu de temps. Les artisans, les membres du comité de programmation et du conseil d’administration... Tout le monde croit en l’avenir de CIBL. [...] Peut-être que ça prendra quatre ans pour redresser la situation.

Des projets en cours

Pour ce qui est du contenu, elle aimerait voir sa programmation musicale et culturelle s’enrichir d’émissions d’information.

CIBL avait une salle de nouvelles extraordinaire, on aimerait revenir à cela, dit-elle.

CIBL a toujours constitué une école de la radio pour les jeunes voulant faire carrière dans ce domaine. Désormais, elle aimerait non seulement pouvoir continuer sur cette lancée, mais aussi contribuer à davantage former la relève dès l’école secondaire avec son initiative Projet radio.

Avec les informations de Catherine Richer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Médias

Arts