•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Relance de la Fondation le Pont vers l’Autonomie

des personnes handicapés avec un bras robotisé

La Fondation le Pont vers l'Autonomie amasse des fonds pour offrir des bras robotisés à des personnes handicapées. (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Fondation le Pont vers l'autonomie de Victoriaville qui amasse des fonds pour offrir des bras robotisés à des personnes handicapées relance ses activités. Son fondateur Samuel Fleurent Beauchemin avait été forcé de prendre une pause au cours de la dernière année en raison d'un problème de santé mentale.

J'ai fait une psychose qui m'a amené à une dépression et j'en suis sorti vivant explique Samuel Fleurent Beauchemin, soucieux de revenir donner un nouvel élan à sa fondation.

Le fondateur de l’organisme de bienfaisance avait même songé un instant à tout abandonner avant finalement de reprendre sa santé en main. On a été arrêté et c’est important de dire pourquoi. Puis, la santé mentale je pense que c’est important. Je n’ ai pas été stigmatisé alors que d’autres le sont. Donc ici au moins, on peut montrer que, malgré la maladie mentale, il y en a qui continuent leur travail.

Retrouver une bonne santé financière

Samuel Fleurent Beauchemin veut aussi faire tout son possible pour remplir les coffres de la fondation qu’il avait créée pour son frère atteint d’une maladie dégénérative, avant d’en céder les rênes. Je me suis beaucoup lancé dans la fondation quand mon frère est décédé. Prévoir mon avenir ailleurs que dans la fondation, c'est aussi une partie de mon deuil. Pour ça, il faut que je ramasse des fonds pour pouvoir donner des coffres viables pour le prochain directeur général.

Venir en aide au plus grand nombre

Malgré son absence, la Fondation le Pont vers l’Autonomie n’a pas oublié sa mission première de venir en faire aux personnes handicapées. Moi j'ai été confiné pendant 3 ou 4 mois sur mon divan alors que eux autres sont confinés dans leur chaise roulante à l'année longue donc ce n’est rien. Les gens ont beaucoup de courage et je pense que comme communauté on se doit de les encourager pour leur donner un petit coup de pouce pour qu'ils puissent, eux aussi, réaliser leur rêve, ajoute Samuel Fleurent Beauchemin.

Jusqu'à présent, la fondation le Pont pour l'Autonomie a transformé la vie de 18 personnes en plus de celle du frère de Samuel. Une lancée que l’organisme ne compte pas freiner.

D'après le reportage d’Amélie Desmarais.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !