•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bonheur... selon vos gènes

Un homme d'affaires dont la tête est redessinée pour ressembler à un « bonhomme sourire ».

Dans sa conférence intitulée « Les gènes du bonheur », présentée vendredi à l’UQAC, le professeur Simon Girard explique comment nous avons tous des prédispositions biologiques au bonheur qui résident dans les mêmes gènes qui sont responsables des troubles de santé mentale.

Photo : iStock

L’amour est-il la clé du bonheur? Sommes-nous prédisposés à être plus ou moins heureux? Voilà de bonnes questions pour un chercheur en génétique de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) qui profite de la Saint-Valentin pour démystifier l’origine du bonheur.

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi certaines personnes ont le bonheur plus ou moins facile? Le professeur de génétique Simon Girard, oui.

On a tendance à juger ces gens-là de façon très dure, en disant : "Voyons, t'as tout pour être heureux."

Simon Girard, professeur de génétique humaine
Simon Girard dans un laboratoire de génétique.

Le chercheur Simon Girard présente une conférence sur les prédispositions génétiques au bonheur.

Photo : Radio-Canada

Dans sa conférence intitulée « Les gènes du bonheur », présentée vendredi à l’UQAC, le professeur Simon Girard explique comment nous avons tous des prédispositions biologiques au bonheur qui résident dans les mêmes gènes qui sont responsables des troubles de santé mentale.

Est-ce qu’un seul gène explique le bonheur? Non. Ce n’est pas parce que tu n'as pas un gène que tu ne seras pas heureux, ce qui est quand même une bonne nouvelle, mais les gens qui possèdent une prédisposition plus élevée pour le bien-être vont aussi avoir une prédisposition plus faible pour les troubles anxieux ou des traits de personnalités qui sont plus introvertis, explique Simon Girard.

Au-delà de la génétique

Les gènes ne disent toutefois pas tout.

Des recherchent en sciences sociales démontrent aussi que le bonheur est personnel et évolutif. Ainsi, la sociologue Marie-Christine Brault relève des études selon lesquelles le bonheur évolue durant la vie d’une même personne. Il semble notamment y avoir un creux dans la courbe d’évolution du bonheur à la fin de la quarantaine.

Marie-Christine Brault dans un laboratoire de l'Université.

La sociologue Marie-Christine Brault pense que le bonheur doit être pris en compte dans l'élaboration de politiques publiques.

Photo : Radio-Canada

Les hypothèses veulent que c’est vraiment une période où on est très actif au niveau professionnel, mais où les individus ont des enfants, donc ils doivent concilier travail-famille. Puis en même temps, les parents arrivent à un certain âge, en tout cas dans les sociétés actuelles, et on doit aussi s'occuper de nos parents, alors on a comme une double charge, précise la cotitulaire de la Chaire VISAJ à l’UQAC.

D’autres facteurs, comme la qualité et l’hygiène de vie ou la sécurité économique et sociale, font aussi partie des indices de bonheur qui se développent depuis quelques années.

De plus en plus d’organismes, comme l’Organisation des Nations unies, accordent d’ailleurs une plus grande importance au niveau de bonheur quand vient le temps d’évaluer le développement durable ou la santé d’une nation.

On est capables de dire que le bonheur est aussi positif dans la vie des gens que la cigarette peut être négative. Les gens qui ont un grand bien-être vont vivre plus longtemps et une meilleure santé dans tous les aspects.

Simon Girard, professeur en génétique humaine

Pour M. Girard, il s’agit là d’une nouvelle démarche de recherche : étudier et comprendre les gens en santé, autant que les gens malades.

À cet égard, à l’instar des partisans de la prévention dans le domaine de la santé, les chercheurs qui s’intéressent aux sources du bien-être doivent toutefois encore se battre pour trouver du financement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Biologie