•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a 40 ans, le centre-ville d'Essex était ravagé par une explosion de gaz

Les décombres des édifices après l'explosion.

L'explosion a rasé quatre édifices mais n'a fait aucune victime.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La municipalité d'Essex, dans le Sud-Ouest de l'Ontario, se souvient : il y a 40 ans, une explosion de gaz est survenue au centre-ville.

Le 14 février 1980, la ville est réveillée, à deux heures du matin, par une violente explosion qui a rasé quatre immeubles du centre-ville avant de provoquer un incendie.

L'incident est survenu après qu'une voiture ait heurté une conduite de gaz à l'arrière d'un magasin.

Aucun mort n'est alors à déplorer, mais cinq personnes ont été blessées, dont une avec des blessures graves.

L'accident a causé de nombreux dégâts dans les commerces adjacents et les dommages sont évalués à cinq millions de dollars.

Des débris et des flammes

Vue aérienne qui montre les décombres des édifices. De la fumée s'échappe toujours de l'un d'eux.

L'explosion du 14 février 1980 a causé des dommages évalués à cinq millions de dollars.

Photo : Radio-Canada

Le pompier Rick Bonneau dormait à un pâté de maisons du lieu de l'explosion lorsque l'incident est survenu.

Le jeune homme de 19 ans part aussitôt à la caserne, puis se rend sur place où il est rejoint par une quinzaine de ses collègues.

J'étais pompier volontaire et j'ai tout de suite compris que quelque chose de grave venait d'arriver.

Rick Bonneau, chef du service des incendies à Essex

Nous sommes arrivés sur place, et tout était dévasté, se souvient Rick Bonneau. Je ne voyais que des débris et des flammes, partout.

Rapidement, des résidents se rendent sur place, eux aussi réveillés par le bruit de l'explosion.

Il y avait tellement de dommages qu'on ne savait pas par où commencer, explique Rick Bonneau. Il se souvient être resté sur les lieux pendant trois jours, dormant parfois dans l'un des camions de pompier.

Fred Groves était, lui, un jeune journaliste au Essex Free Press lorsque la catastrophe est survenue.

J'ai pu parler à plusieurs pompiers. Certains d'entre eux étaient des vétérans et d'autres étaient des jeunes qui n'avaient jamais vu ça.

Fred Groves, journaliste, The Essex Free Press

Il a d'ailleurs écrit un livre sur l'accident. Cet événement a vraiment réuni la ville, en très peu de temps, se rappelle-t-il.

Il a fait don des bénéfices de son livre au service des incendies qui a pu acheter du matériel.

La Ville a également recueilli 40 000 $ et il a fallu environ un an pour reconstruire les magasins endommagés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Windsor

Accidents et catastrophes