•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une entente pour préserver l'Observatoire de l'Abitibi-Témiscamingue

Claire Bolduc parle au lutrin lors d'une conférence de presse dans une bibliothèque.

Claire Bolduc, préfète de la MRC de Témiscamingue et présidente de la conférence des préfets.

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Emily Blais

L'avenir de l'Observatoire de l'Abitibi-Témiscamingue est assuré au moins jusqu'en 2024, grâce à une entente signée par 12 organisations de la région représentant un montant de 200 000 $ par année.

Les deux employés de l'Observatoire de l'Abitibi-Témiscamingue se penchent actuellement sur la réalisation d'un portrait de chacune des MRC de la région.

L'agente de recherche, Mariella Collini, affirme que l'Observatoire tentera de mieux répondre aux besoins des MRC.

À court terme on va essayer de voir comment on peut travailler les portraits d'un point de vue statistique aussi en partenariat avec les MRC pour pouvoir illustrer des réalités qui leur sont propres et qu'elles souhaiteraient voir dans le portrait, indique-t-elle. Donc, au lieu de penser dans notre bureau à ce que ça pourrait être, on va le travailler de concert avec les MRC.

Marielle Collini est assise devant un ordinateur à son bureau.

Mariella Colllini, agente de recherche à l'Observatoire de l'Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Un service pour l'ensemble de la communauté

La préfète de la MRC de Témiscamingue et présidente de la conférence des préfets, Claire Bolduc, affirme que les données traitées par l'Observatoire sont utiles pour les MRC. Elle mentionne par exemple ce qui a trait à la pénurie de main-d'oeuvre.

On a un portrait de nos populations autochtones qui sont des portraits de nos communautés ici sur le territoire, souligne-t-elle. Je dis nos communautés des Premières Nations qui vivent sur le territoire. Ce portrait-là nous donne des indicateurs très importants pour qu'on puisse réfléchir en termes de besoin de main-d'oeuvre, réfléchir comment bien travailler avec ces communautés.

Les bureaux de l'Observatoire sont situés dans la bibliothèque du Cégep au campus de Rouyn-Noranda depuis l'automne dernier. Cette localisation offre un avantage pour les enseignants et les étudiants selon le directeur général du Cégep, Sylvain Blais.

On tente depuis longtemps de sensibiliser le gouvernement du Québec, c'est quand même un modèle unique, c'est un modèle qui est fort pertinent qui permet de mieux suivre le parcours de nos populations, notre parcours économique, les développements à la fois social et économique, un réseau des Observatoires c'est quand même une belle idée, se réjouit-il. Ça adonne bien, on a déjà un réseau des universités, un réseau collégial, on est déjà en réseau avec les bibliothèques.

La mission de l'Observatoire, créé en 2000, est d'analyser l'information pour permettre des décisions éclairées pour le développement régional.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Démographie