•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Immersion française : des élèves de Whitehorse obligés de signer un contrat

Des élèves marchent devant la façade de l'école.

L'École FH Collins est le seul établissement secondaire du Yukon à offrir un programme d'immersion française.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Les élèves du programme d’immersion française de l’École secondaire FH Collins, à Whitehorse, devront désormais signer un contrat qui les engage à parler uniquement en français pendant les classes.

Le contrat stipule que les enseignants garderont le compte du nombre de fois où ils entendent les élèves parler l'anglais, à l'exception d’une situation d'urgence.

Après trois incidents, des discussions seront entamées avec les parents et l'élève devra effectuer un travail en français pour pouvoir réintégrer le programme. Le document mentionne par ailleurs quelques stratégies pour encourager l’usage du français telles que répéter la phrase en français.

La requête ne fait pas l’unanimité parmi les élèves et les parents. Fawn Fritzen, dont la fille fréquente le programme d'immersion, est ambivalente. Sur les médias sociaux, sa publication a suscité de vives réactions de la part d’autres parents, au point qu’elle a décidé de la retirer.

Je ne sais pas vraiment quoi en penser parce que j'aime vraiment l'idée d'introduire des mesures pour que les élèves parlent plus en français et pratiquent leur français, parce que je sais bien qu’on ne peut pas améliorer nos langues si on ne les utilise pas, mais en même temps, je n'aime pas vraiment les termes dans le contrat […] Ça me semble tellement punitif.

Fawn Fritzen, mère d'élève

Fawn Fritzen craint que les élèves qui ont des difficultés en classe ne soient injustement pénalisés. Le directeur de l’école, Jay Thomas, affirme que l’objectif est toutefois tout à l'opposé et qu'il s’agit plutôt d’un moyen de repérer les élèves qui utilisent beaucoup l’anglais pour trouver des façons de les aider.

L’intention de ce contrat est un moyen de développer les compétences en français de l'élève, réaffirmer son engagement au programme et trouver des stratégies d'apprentissage. Le contrat ne se veut en aucun cas punitif.

Jay Thomas, directeur de l'École secondaire FH Collins
Un couloir vide avec des casiers dans une école.

L'École FH Collins accueille 255 élèves en immersion française entre la 8e et la 12e année.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Fawn Fritzen croit que certaines mesures pourraient aussi être prises pour rappeler aux élèves de changer leurs habitudes en matière de langue d'usage, comme un rappel écrit dans le couloir, une période d’ajustement ou l’octroi de récompenses.

« Je comprends les frustrations, je comprends que ça doit être difficile, les élèves sont là pour apprendre le français et tous les autres sujets aussi, reconnaît-elle toutefois. Le but, c’est de bien parler en français, et quand les élèves parlent la plupart du temps en anglais, ça n’aide personne et je peux comprendre que ça doit être frustrant. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !