•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Herbert Carnegie, le meilleur joueur de hockey noir à ne pas avoir joué dans la LNH

Connais ton histoire! Herbert Carnegie

Connais ton histoire! se penche sur Herbert Carnegie, une des premières vedettes noires de hockey.

Photo : Radio-Canada / connais ton histoire

Même s’il n’a jamais joué un match dans la Ligue nationale de hockey (LNH), les joueurs qui ont côtoyé Herbert Carnegie au cours de sa carrière, dans les années 1930 à 1950, ne peuvent nier que l’Ontarien avait le talent et la détermination pour jouer avec les meilleurs. Retour sur la carrière et sur la vie d’un talent dont tous les propriétaires de LNH se sont privés, en raison de la couleur de sa peau.

Ce qui est le plus étrange à propos de la carrière de mon père, raconte Bernice Carnegie, la fille de Herbert, c’est que même s’il a été intronisé dans 12 temples de la renommée en Amérique du Nord, le Temple de la renommée du hockey refuse toujours de lui ouvrir ses portes.

Jean Béliveau, qui a été son coéquipier avec les As de Québec, a toujours affirmé avoir grandement été inspiré par Herbert Carnegie lorsqu’il était un jeune joueur de hockey.

Avec son frère Ossie et Manny McIntyre, un autre joueur noir, Herbert Carnegie a formé le premier et le plus talentueux trio d’attaquants composé de joueurs noirs dans une ligue semi-professionnelle de hockey.

Avec les Saints de Sherbrooke, la meilleure équipe semi-professionnelle de la ligue du Québec, le trio composé de Herbert Carnegie, d'Ossie Carnegie et de Manny McIntyre aura fait la pluie et le beau temps, soulevant les foules avec leurs jeux relevés.

Une photo en noir et blanc de plusieurs hommes posant en bâtons et patins de hockey sur glace.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Prospectus de l'équipe de hockey sur glace de St-François de Sherbrooke. Saison 1946-1947, Herb Carnegie, le numéro 7 pose avec ses coéquipiers

Photo : avec l'autorisation de Bernice Carnegie

Dans un documentaire tourné au début des années 2000, Herbert Carnegie se rappelle que leur trio représentait quelque chose de nouveau et d’intéressant dans le monde du hockey semi-professionnel.

Nous étions de bons joueurs et nous étions différents en raison de la couleur de notre peau.

Herbert Carnegie

Un combat pour l'introniser

Lorsqu’il était directeur général des Maple Leafs de Toronto, Conn Smythe aurait un jour dit qu’il était prêt à payer 10 000$ à quiconque aurait pu changer la couleur de peau de Herbert Carnegie en blanc.

Par cet aveu, le légendaire directeur des Maple Leafs aurait traduit une réalité très présente dans la Ligue nationale de hockey : c’était une ligue qui n’avait pas de place alors pour les joueurs à la peau noire.

Alors que Herbert Carnegie a pris sa retraite en 1954, l’arrivée du premier joueur noir dans la ligue ne s’est faite que quatre ans plus tard, lorsque Willie O'Ree a joué deux parties avec les Bruins de Boston au cours de la saison 1957-58.

Plusieurs hommes tenant un chapeau posent pour une photo dans une boutique de couvre-chef.

Herbert Carnegie (au milieu) et d’autres membres de la «ligne noire» de hockey sur glace reçoivent des chapeaux en cadeau de la part d’un marchand à Shawinigan Falls au Québec en 1944.

Photo : avec l'autorisation de Bernice Carnegie

Georges Laraque, qui a joué pendant plusieurs années dans la ligue nationale se rappelle sa rencontre avec Carnegie, immortalisée dans un documentaire appelé Too Coloured for the League réalisé par CBC pour documenter les efforts d’intronisation de Herbert Carnegie au Temple de la renommée du hockey.

C’était un homme humble, qui semblait vraiment fier d’avoir pu inspirer de jeunes joueurs noirs comme moi.

Georges Laraque

La tentative de Georges Laraque et de ses collègues de faire introniser Herbert Carnegie au Temple de la renommée du hockey a malheureusement échoué. Selon lui, c’est en partie en raison du racisme qui subsiste dans la ligue.

Il rappelle que l’apport des joueurs noirs au hockey n’est toujours pas reconnu à sa juste valeur.

L’exemple le plus frappant, selon lui, est celui de la Coloured Hockey League (CHL), une ligue de hockey composée d’anciens esclaves qui a été très populaire dans les Maritimes vers la fin du 19e siècle.

Selon Georges Laraque, les amateurs de hockey ne sont pas encore tous prêts à assumer que leur sport a été en partie développé par des Noirs.

Il souligne l’invention du lancer frappé, qui est officiellement attribué à Bernard Geoffrion, alors que selon les historiens américains Georges et Darril Fosty, cette technique était utilisée dans la CHL bien avant Geoffrion.

Connais ton histoire! est une série de capsules historiques mettant en vedette des personnages historiques noirs francophones et francophiles ayant contribué au patrimoine historique ontarien. Chaque semaine durant le Mois de l'histoire des Noirs, un portrait est présenté par un ou une jeune aux intérêts communs.

Le jeune Anson Grant présente Herbert Carnegie pour Connais ton histoire!

Après le hockey, un engagement qui reste

Si la carrière de Carnegie n’a pas été reconnue par le temple de la renommée, il reste que beaucoup de gens ont compris l’apport de celui qui a marqué l’histoire comme un des pionniers dans la communauté noire.

À cet effet, la Ville de Toronto a baptisé une patinoire en son honneur, le Herbert H. Carnegie Centennial Centre, qui a par la suite été bonifiée avec du matériel historique sur la vie et sur la carrière du joueur de hockey.

Photo en noir et blanc, des adultes posent avec une équipe de jeunes enfants en patins à glace.

Herb Carnegie et Jean Béliveau à une rencontre avec des jeunes scouts

Photo : avec l'autorisation de Bernice Carnegie

Après sa carrière de hockey, Herbert Carnegie a ouvert une école de hockey pour les jeunes. Selon Bernice Carnegie, les jeunes ont pu y apprendre à jouer au hockey, mais aussi apprendre des valeurs d’implication dans la communauté et de citoyenneté.

Très peu de jeunes qui se sont inscrits à cette école allaient finir par tenter l’aventure de la ligue nationale, mais mon père voulait leur apprendre à être de bons citoyens.

Bernice Carnegie

Herbert Carnegie comparait souvent sa présence dans le monde du hockey à celle d’une mouche dans un seau de lait, traduisant la réalité d’un seul joueur noir qui dérange dans une majorité blanche.

Mais de Herbert Carnegie à Willy O’Ree en passant par d'autres pionniers qui ont par la suite fait leurs preuves dans la LNH, plus de jeunes Noirs peuvent maintenant avoir des idoles qui leur ressemblent dans leur sport.

width="100%"

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !