•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gazoduq : les Autochtones parleront d’une même voix

Une carte montrant un tracé.

Le tracé projeté du gazoduc qui transporterait le gaz naturel jusqu'à l'usine de GNL Québec à Saguenay.

Photo :  courtoisie

Michel Gaudreau

Mashteuiatsh et sept autres communautés autochtones du Québec et de l'Ontario vont faire front commun pour prendre éventuellement position sur le projet Gazoduq.

Celui-ci vise à construire une conduite de gaz naturel souterraine de 780 kilomètres reliant l’Ontario et le Saguenay pour alimenter l’usine projetée de liquéfaction de gaz naturel d’Énergie Saguenay dans l’arrondissement de La Baie.

Les huit conseils de bande ont créé la société Mamo Aki, qui deviendra le seul interlocuteur auprès de Gazoduq. 

L’idée, c’était justement d’unir nos forces pour s’assurer d’avoir un poids plus important. Nos discussions ont toujours été dans ce sens-là. Jusqu’ici, ça va très bien entre les huit communautés.

Charles-Édouard Verreault, vice-chef de Mashteuiatsh

Le vice-chef de Mashteuiatsh, Charles-Édouard Verreault, indique que c'est sa communauté qui serait la plus touchée en termes de kilométrage par le tracé du gazoduc.

Mashteuiatsh n'a pas encore rencontré le promoteur et n'a pas pris position sur le projet. On attend toujours le déroulement un peu plus du projet comment ça va aboutir finalement, mentionne Charles-Édouard Verreault.

La nouvelle entité aura notamment pour tâche de faire des études sur les impacts de la conduite sur les communautés touchées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Autochtones