•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Victoria se munit d'une injonction en prévision des manifestations

Des manifestants s'opposent à l'intervention de la GRC sur le territoire ancestral des Wet'Suwet'en devant l'Assemblée législative de la C.-B., à Victoria.

Des manifestants s'opposent à l'intervention de la GRC sur le territoire ancestral des Wet'Suwet'en devant l'Assemblée législative de la C.-B., à Victoria.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Radio-Canada

L'appel à la manifestation de travailleurs syndiqués des ministères du gouvernement pousse le Victoria à se munir d'une injonction de la Cour suprême de la Colombie-Britannique interdisant aux gens de bloquer tout accès à l’Assemblée législative.

Les manifestants veulent à démontrer leur appui aux chefs héréditaires de Wet'suwet'en opposés à la construction du gazoduc Coastal GasLink sur leurs terres ancestrales.

Ils espèrent occuper tous les bâtiments provinciaux de Victoria vendredi de façon à paralyser les travaux des fonctionnaires du gouvernement de John Horgan.

L'injonction a été accordée à la demande du président de la Chambre, Darryl Plecas, et donne aux autorités le pouvoir d'arrêter et de refouler quiconque « interfère, ou perturbe [les affaires de la législature] et son bon fonctionnement ».

En soutien aux Wet'suwet'en

Morgan Mowatt, doctorante à l’Université de Victoria et membre de la Première Nation Gitxsan, espère pouvoir perturber les activités du gouvernement de la Colombie-Britannique.

Une cinquantaine de personnes qui portent des manteaux et des chapeaux sont debout sur les marches et devant un édifice en pierres grises.

Des opposants au projet de pipeline Coastal Gaslink ont bloqué l'accès au Parlement de Victoria mardi, alors que c'était le jour de la lecture du discours du Trône.

Photo : Radio-Canada / Tanya Fletcher

Nous demandons des piquets de grève. C’est une manifestation énorme qui est prévue à Victoria.

Morgan Mowatt, membre de la Première Nation Gitxsan

Elle explique que les organisateurs souhaitent que le rassemblement se fasse de façon pacifique et sécuritaire. Nous nous réunissons toujours avec beaucoup d’amour et pour sauver les futures générations, dit-elle.

Dans un courriel envoyé aux employés de la fonction publique jeudi, Don Wright, le sous-ministre de John Horgan, a déclaré que la sécurité émotionnelle et physique des fonctionnaires provinciaux est la priorité absolue et qu'un plan flexible a été élaboré pour assurer le bon déroulement de la journée de travail.

Il demande aux employés de garder l'esprit ouvert quant à ceux qui ont des opinions divergentes sur les manifestations.

Les édifices gouvernementaux renforcent leur sécurité

Le ministre de la Sécurité publique, Mike Farnworth, confirme qu’un plan est en place en prévision des manifestations annoncées, ajoutant que la sécurité des employés est sa plus grande préoccupation.

Mike Farnworth en mêlée de presse devant une peinture, un drapeau du Canada et une porte ouverte.

Le ministre de la Sécurité publique, Mike Farnworth, fait de la sécurité des employés de la fonction publique une priorité.

Photo : CBC

Si des manifestations surviennent, nous voulons garantir la sécurité des employés de la province qui font un excellent travail tous les jours.

Mike Farnworth, ministre de la Sécurité publique

Mary Polak veut des manifestations qui ne dérangent pas

La députée libérale Mary Polak dit s’être sentie mal à l’aise lors des manifestations de mardi. Elle récupère d'une fracture de la cheville et a eu peur en voyant l'agitation à l'extérieur de l’Assemblée législative.

La première pensée qui m'a traversé l'esprit était que je ne peux pas courir, raconte-t-elle.

Si la sécurité de la députée a été assurée, elle veut s’assurer que les rassemblements de vendredi ne menacent pas la sécurité des employés du gouvernement.

Il est nécessaire de planifier, d’anticiper les événements qui peuvent se produire et d'éviter que les manifestants ne parviennent à entrer dans les bureaux pour perturber les travailleurs, dit Mme Polak.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Autochtones