•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Percée importante pour rendre le VIH accessible au système immunitaire

Environ 64 000 personnes vivent avec le VIH au Canada.

Environ 64 000 personnes vivent toujours avec le VIH au Canada.

Photo : iStock

Radio-Canada

Un important pas vient d’être franchi dans la lutte contre le VIH. Des travaux pilotés par des chercheurs américains, et auxquels a participé le Dr Jean-Pierre Routy de l’Institut de recherche du CUSM, montrent qu’il est possible de faire sortir le virus VIH de sa dormance.

Traquer le VIH (virus de l'immunodéficience humaine) dans le corps n’est pas une mince tâche. Le virus se cache dans les cellules T CD4+ sous une forme latente invisible pour les cellules immunitaires.

Nous l’avons fait sortir des gènes humains à un niveau élevé qui n’avait jamais été atteint précédemment, afin qu’il puisse être reconnu et attaqué par le système immunitaire.

Dr Jean-Pierre Routy

Et nous avons réussi à le faire à la fois chez des souris tolérant le sang humain – des souris humanisées — et chez des singes infectés par le SIV [virus d'immunodéficience simienne], ce qui nous donne de grands espoirs pour l’avenir, explique le Dr Routy.

Encore aujourd’hui, les personnes séropositives doivent suivre une thérapie antirétrovirale (ART) qui permet de réduire le VIH à des niveaux indétectables dans le sang.

Le virus reste cependant toujours présent dans les cellules T CD4+ infectées, et le système immunitaire ne réussit pas à reconnaître ces cellules infectées. C'est pour cette raison qu'il n’existe toujours pas de thérapie qui permet de guérir complètement du VIH.

Lorsque le traitement antirétroviral est arrêté, la charge virale rebondit rapidement dans le sang. C’est pourquoi les personnes séropositives doivent suivre un traitement continu.

Dr Jean-Pierre Routy

Repères

  • À l’heure actuelle, 37 millions de personnes vivent avec le VIH/sida sur la planète.
  • Pas moins de 1,8 million de nouveaux cas ont été diagnostiqués en 2016.
  • Selon les estimations nationales, 63 110 Canadiens vivaient avec le VIH à la fin de 2016.
  • Depuis 1985, pas moins de 84 409 cas ont été diagnostiqués au pays.

Débusquer l'ennemi

Les chercheurs de l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill et de l’Université Emory à Atlanta ont utilisé un certain composé pour activer les cellules T CD4+ infectées de façon latente.

Ils y sont parvenus à des niveaux importants dans le sang et dans de nombreux tissus différents, avec peu ou pas de toxicité.

Ces résultats ouvrent la voie au développement d’une cible thérapeutique, puisque le virus est désormais visible même sous thérapie antirétrovirale.

Le défi numéro un pour venir à bout du VIH était d’exposer le réservoir viral latent, explique le Dr Routy.

Maintenant que nous y sommes arrivés, nous nous rapprochons du défi numéro deux, qui est de l’éliminer en tant qu’ennemi visible.

Dr Jean-Pierre Routy

Le Dr Routy affirme que des travaux sont actuellement en cours pour y arriver.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Nature (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Médecine

Science