•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police de Toronto a utilisé une technologie d’intelligence artificielle controversée

Des personnes dans la foule d'un concert avec des carrés sur leur visage. Simulation d'un système de reconnaissance faciale.

La technologie de reconnaissance faciale de Clearview est utilisée par plus de 600 services policiers, dont certains sont canadiens, selon l'entreprise.

Photo : Twitter / Fight for the Future

Radio-Canada

La police de Toronto confirme que certains de ses agents ont utilisé Clearview AI, un puissant outil d'intelligence artificielle qui extrait les données de milliards d'images provenant d'Internet.

La porte-parole de la police Meaghan Gray a déclaré dans un courriel que certains agents ont commencé à utiliser cette technologie en octobre 2019.

Photo d'un homme portant un uniforme et une casquette de policier devant un micro.

Le chef de police de Toronto, Mark Saunders

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Selon Mme Gray, le chef de police Mark Saunders n’a appris son utilisation que le 5 février et il a alors demandé à ces officiers de cesser d'utiliser la technologie controversée.

Comment Clearview AI fonctionne-t-elle?

Il suffit de téléverser une photo de la personne que vous désirez identifier, et l’application vous montre toutes les images publiques de la personne en question, en plus des sources de chacun des clichés. Selon l’entreprise, l’application a un taux d’efficacité de 75 % et fonctionne même si le visage est obstrué ou capté sous un angle qui n'est pas optimal. Le programme n'est pas disponible pour un usage public.

Meaghan Gray a affirmé que les agents testaient de manière non officielle cette nouvelle technologie en pleine évolution

En janvier, la police avait reconnu utiliser la reconnaissance faciale, mais avait nié avoir utilisé Clearview AI. On ignore si la police de Toronto a acheté la technologie – si c'est le cas, elle ne l'a jamais dit publiquement – ou si elle a obtenu l’autorisation pour l’utiliser à titre d’essai.

Mme Gray a affirmé que la police a demandé au commissaire à l'information et à la protection de la vie privée de l'Ontario et au bureau du procureur de la Couronne de travailler avec elle pour vérifier si Clearview AI est un outil d'enquête approprié.

Tant qu'un examen complet du produit n'aura pas été effectué, il ne sera pas utilisé par le Service de police de Toronto, a-t-elle déclaré.

De nombreux services de police aux États-Unis utilisent Clearview AI, mais il y a des inquiétudes croissantes sur la façon dont la technologie est utilisée et sur la possibilité qu'elle porte atteinte aux libertés civiles.

On ne sait pas si la police de Toronto a effectué des arrestations en se basant sur des informations générées par l'application.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !