•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laurent Dubreuil prêt pour les mondiaux… et les patineurs russes

Il lève un pouce en l'air.

Laurent Dubreuil après son 1000 m à Calgary

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Fort de la meilleure saison de sa carrière au 1000 m, Laurent Dubreuil amorce les Championnats du monde par distance de patinage de vitesse sur longue piste en sachant qu’il peut aspirer à une médaille dans plusieurs épreuves. Il trouvera toutefois encore les puissants patineurs russes sur sa route alors que les sanctions recommandées par l’Agence mondiale antidopage demeurent en suspens.

Je sais que le niveau est là, maintenant j’ai hâte de voir si je suis capable de livrer la marchandise en fin de semaine, lance le patineur lévisien, à Salt Lake City depuis lundi avec le reste de l’équipe canadienne.

Au repos forcé durant une dizaine de jours en raison d’une blessure à l’aine, Dubreuil est revenu en force ces dernières semaines aux Championnats des quatre continents et à la Coupe du monde de Calgary.

On s’entraîne toute l’année pour arriver à ce moment-ci de la saison où les grosses compétitions s’enchaînent et aucune n’est plus grosse que les Championnats du monde par distance. C’est les Olympiques les années où il n’y a pas d‘Olympiques.

La compétition commence jeudi pour le Québécois de 27 ans avec le sprint par équipe. Puis il s’élancera sur 500 m, vendredi matin, et sur 1000 m, samedi après-midi. Sans être le favori, celui qui est devenu père plus tôt cette année peut légitimement espérer une médaille dans les trois courses.

Une révélation au 1000 m

Longtemps connu comme un spécialiste du 500 m, une distance sur laquelle il a été médaillé autant aux mondiaux juniors que seniors, voilà qu’il a fait sa place parmi l’élite mondiale du 1000 m, cette saison. Il pointe au 5e rang du classement cumulatif de la discipline, contre le 7e rang au 500 m.

Cette saison, techniquement, j’ai plus de facilité à exécuter mon plan de match au 1000 m. J’ai pogné la twist. Au 500 m, c’est plus rapide alors il n’y a aucune marge d’erreur. C’est en autre pour ça que les podiums changent de semaine en semaine.

Il aborde un virage.

Laurent Dubreuil à la Coupe du monde de Nagano, en décembre.

Photo : Associated Press / Toru Hanai

N’empêche, ce côté imprévisible de l’épreuve de 500 m laisse croire au Lévisien qu’il peut monter sur le podium s’il connaît une course sans erreur.

Mon objectif de saison, c’est de gagner une médaille aux mondiaux et je ne vois aucune raison de ne pas continuer à viser ça. Je ne suis pas dans les grands favoris au 500 ou au 1000, mais je suis parmi les outsiders qui ont des chances.

Toujours pas de sanctions pour les patineurs russes

Ceux qui pensaient que les patineurs russes allaient être privés des mondiaux à la suite des sanctions  adoptées par l’Agence mondiale antidopage ont été déçus, rien de tout cela ne s’est encore manifesté.

C’est que la Russie a officiellement contesté les sanctions auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS), fin décembre, et une audience est prévue dans les prochaines semaines, en Suisse. D’ici à ce que le TAS se prononce, la suspension de quatre ans des compétitions internationales majeures semble en suspens.

Laurent Dubreuil (à gauche), 2e au classement général du 500 m en 2015, derrière le Russe Pavel Kulizhnikov (au centre)

Le Russe Pavel Kulizhnikov (au centre) et Laurent Dubreuil, en 2015, après avoir terminé 1er et 2e du classement cumulatif de la COupe du Monde au 500 m.

Photo : PC/AP / Jens Meyer

Malheureusement, je ne suis pas surpris. Quand les sanctions ont été annoncées, on était content, mais on attendait de voir ce qui allait arriver. On se demandait s’ils allaient patiner en Coupe du monde. Ils étaient là. Aux Championnats européens? Ils étaient là. À force de les voir à toutes les courses, on se doutait qu’ils seraient là aux mondiaux, relate Laurent Dubreuil.

Une situation frustrante, admet-il, surtout que les patineurs russes arrivent aux Championnats du monde plus dominants que jamais. Ils ont facilement balayé le podium au 500 m, à la Coupe du monde de Calgary, vendredi dernier, et le controversé Pavel Kulizhnikov demeure le plus redoutable sprinteur de la planète.

J’essaye de me concentrer sur ma tâche. Ça me prend déjà tout mon petit change battre les Japonais, les Coréens et les Néerlandais. Je ne peux pas perdre d’énergie là-dessus, mais j’espère que les bonnes décisions vont être prises dans les prochaines années.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !