•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« On fait tout pour garder le service d'obstétrique à Shawville », assure la ministre McCann

Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, en point de presse.

Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec (archives).

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Laurie Trudel

Malgré la crise en obstétrique à l’Hôpital de Shawville, la ministre de la Santé du Québec assure que tout est mis en oeuvre pour maintenir l'offre de services.

Cette déclaration fait suite aux révélations de Radio-Canada au sujet du rapport d'un médecin examinateur, qui recommande une réflexion en ce sens, après la mort d'un bébé survenue en septembre dernier.

Ça nous brise le cœur. Des histoires comme ça on ne veut plus que ça arrive, jamais, a déclaré le bureau de la ministre McCann. La mère du poupon, Anik Lavigne, a porté plainte et Radio-Canada a pu consulter les résultats d’analyse des plaintes, grâce à une source confidentielle.

La ministre McCann admet qu'il existe toujours des défis de recrutement de médecins et d'infirmières. Le département d’obstétrique de l’Hôpital de Shawville fait face à une grave pénurie de personnel depuis l’automne dernier.

Danielle McCann réitère toutefois sa confiance envers le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais pour assurer la sécurité des usagers. Ils vont mettre les recommandations du rapport en application, on va les laisser faire leur travail, a-t-elle déclaré.

Un panneau bilingue annonçant l'urgence de l'hôpital.

Le Centre hospitalier du Pontiac, à Shawville, offre des services en anglais et en français (archives).

Photo : Radio-Canada

Dans l'établissement du Pontiac, seuls trois médecins accoucheurs assurent l’offre de service actuellement. La ministre McCann a bon espoir que la situation s'améliore au mois d’avril.

L'entente est en train de se déployer. Il fallait mettre en place des équipes, il fallait roder le fonctionnement, on a jusqu'au premier avril pour tout faire.

Danielle McCann, ministre de la Santé du Québec

De son côté, le ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe, s'est dit rassuré.

Le CISSSO s’engage à donner suite aux recommandations émises par le médecin observateur. Nous ne le répéterons jamais assez, la sécurité des patients est notre plus grande priorité, a-t-il fait valoir.

Le ministre Lacombe a également tenu à offrir ses condoléances à la famille et aux proches de Mme Lavigne.

Le ministère de la Santé du Québec a conclu une entente avec la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) à la fin novembre, afin que des médecins accoucheurs des grands centres viennent prêter main-forte aux milieux ruraux.

Le député de Pontiac somme les autorités d'agir

Le porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé et député libéral de Pontiac, André Fortin, croit qu’il faut agir tout de suite pour trouver une solution spécifique au Pontiac afin de corriger la situation dans le département d’obstétrique de l’Hôpital de Shawville.

Cinq infirmières formées en obstétrique portent le département à bout de bras en ce moment, alors que le CISSS de l’Outaouais estime qu’il en faut une douzaine pour offrir des soins complets et sécuritaires aux femmes enceintes du Pontiac.

André Fortin estime que le gouvernement Legault doit trouver une façon de diminuer le nombre de départs d'infirmières vers l’Ontario.

Dans notre situation bien particulière, il faut améliorer les conditions de travail sinon on va continuer de les perdre, on va continuer de déstabiliser notre unité d’accouchements dans le Pontiac.

André Fortin, député libéral de Pontiac

« Pas question de baisser les bras »

Malgré les défis du département d’obstétrique à Shawville, le groupe La Voix du Pontiac ne peut envisager une disparition de ce service pour la population.

On retournerait aux années 50, c’est inadmissible, moi jamais je ne cautionnerai ça et on va se battre jusqu’à la dernière minute, a indiqué Josey Bouchard, porte-parole de La Voix du Pontiac.

Josey Bouchard reconnaît que les gestionnaires du CISSS de l’Outaouais doivent se poser des questions sur leurs façons de faire, mais elle considère qu’il est impossible pour les résidents du Pontiac d’aller donner naissance à Gatineau ou à Ottawa.

On parle quand même d’une centaine d’accouchements par année. On va demander quoi? À des gens de se déplacer à 200 km pour aller accoucher à Gatineau?, s’est interrogé Mme Bouchard.

Le groupe citoyen accorde toutefois sa pleine confiance aux services offerts par les médecins et les infirmières du Pontiac. Il y a des équipes qui travaillent fort et qui veulent bien faire, mais qui sont peu ou pas soutenues dans le travail qu’elles ont à accomplir, a-t-elle conclu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique provinciale