•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Création de 196 places en services de garde subventionnés en Outaouais

Des enfants, par terre écoutent une histoire.

Les nouvelles places en services de garde subventionnés seront distribuées dans neuf garderies de la région (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

Les nouvelles places en garderie annoncées par le ministre de la Famille plus tôt jeudi reçoivent un accueil mitigé de la part du réseau des Centres de la petite enfance. Selon eux, il s'agit d'une réponse concrète à un besoin criant, mais il faudra en faire plus.

On est très heureux pour les familles du secteur, déclare la directrice générale du Centre de la petite enfance (CPE) Les Petits Fripons, Nathalie St-Jacques, en entrevue téléphonique.

Cette annonce du ministre Lacombe leur permettra une toute nouvelle construction de 60 places, selon Mme St-Jacques qui affirme que le besoin est là. Les détails concernant les échéanciers ne sont pas connus pour le moment.

Nous attendons les directives du ministère en ce sens.

Nathalie St-Jacques, directrice générale, Les Petits Fripons

Neuf garderies de la région se partageront les 196 places annoncées. La plus grande part du gâteau ira à la garderie éducative Les trésors de Mymi inc., qui verra le jour dans le Cégep de l'Outaouais, afin de faciliter l'accès aux études.

Un certain malaise

De son côté, la présidente de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ), Valérie Grenon, souligne qu'il s'agit d'une belle réponse de la part du ministère aux parents qui réclamaient des places régies et subventionnées.

Cette dernière éprouve cependant un certain malaise parce qu'actuellement, les éducatrices en CPE ont de la difficulté au travail.

On va ouvrir des CPE vides, il n’y aura pas de personnel qualifié.

Valérie Grenon, présidente de la FIPEQ

Les salaires peu avantageux, les difficultés à se faire remplacer et le manque de valorisation n'aident pas à surmonter la rareté de main-d'oeuvre dans le réseau.

Valérie Grenon, en entrevue à Radio-Canada.

Valérie Grenon est la présidente de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec.

Photo : Radio-Canada

Il n’y a pas d’étudiants qui sortent des cégeps actuellement parce que ce n’est pas un métier valorisant et valorisé par le ministre de la Famille, commente-t-elle. Il faut améliorer les conditions de travail pour qu’on ait un réseau prospère et de qualité.

Des places pour toute la province

À l’échelle du Québec, c’est de près de 2700 places en services de garde subventionnés qui sont créés et qui devraient surtout bénéficier aux parents qui sont aux études.

Cette nouvelle fait suite à un appel de projets lancé en mars 2019, dans le cadre du budget provincial et annoncé le mois précédent.

Les 2700 nouvelles places — un peu plus que les 2500 promises — impliquent des subventions récurrentes qui devraient totaliser autour de 35,4 millions de dollars par année.

Un investissement supplémentaire de 26,5 millions de dollars doit permettre de développer les infrastructures des centres de la petite enfance.

La part du lion, soit près de 2200 places créées dans le cadre de 50 projets différents, ira aux parents étudiants. Un peu plus de 1500 places seront créées en centres de la petite enfance et 670 en garderies subventionnées. Les 50 projets devront être réalisés dans les deux ans suivant le feu vert du ministre de la Famille.

Avec les informations de Mama Afou et de Jean-François Poudrier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique provinciale