•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le pasteur Mukendi ne pourra pas témoigner

Plan moyen de Mukendi, vêtu de blanc.

Paul Mukendi au palais de justice de Québec.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Yannick Bergeron

La Cour d'appel rejette la requête du pasteur Paul Mukendi qui voulait donner sa version des faits, dans ses procédures d'appel, après avoir décidé de ne pas témoigner lors de son procès.

Un jury a déclaré Mukendi coupable de neuf chefs d'accusation, dont des agressions physiques et sexuelles sur une jeune femme, en juin dernier.

La Cour d'appel ne croit pas qu'il soit devenu temporairement inapte pendant son procès, au point d'être incapable de témoigner.

Cette proposition ne tient pas la route, à sa face même, écrivent les juges de la Cour d'appel qui ont rejeté la requête du pasteur.

Paul Mukendi prétend avoir été tétanisé pendant son procès, après avoir entre autres lu un courriel transmis par un témoin de la poursuite.

La défense prétendait que ce courriel contenant des propos belliqueux, haineux et vengeurs aurait déstabilisé le pasteur.

Doc Mailloux: pas un expert

Pour soutenir ses prétentions, Mukendi a fait appel au psychiatre Pierre Mailloux.

Dans son rapport, le psychiatre fait des observations concernant les moeurs et coutumes et les sensibilités sociales et culturelles propres à la région d'origine, de Mukendi, expose la Cour d'appel.

Les juges rejettent l'analyse du psychiatre Mailloux. Il ne coule pas de source que le psychiatre québécois est qualifié comme expert pour se formuler de telles opinions, estiment-ils.

Le pasteur Mukendi doit recevoir sa peine le 27 février.

Son avocate suggère de le condamner à des travaux communautaires alors que la poursuite réclame entre 8 et 10 ans de pénitencier.

L'homme de 42 ans est en liberté en attendant que la Cour d'appel tranche son dossier.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Québec

Justice et faits divers