•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des placements verts peut-être pas si verts

Alors que la date limite pour cotiser à son REER approche, une nouvelle tendance se démarque dans les placements : les fonds verts.

Photo : iStock

Maxime Denis

Le 2 mars marque la date limite pour cotiser à son REER pour l'année d'imposition 2019. Une nouvelle tendance se démarque dans les placements : les fonds verts. Si pour certains, ils permettent d'avoir bonnes consciences, pour d'autres des questions demeurent quant à leur réel impact pour l'environnement.

Explications de la norme ESG

Pour nous aider à s'y retrouver, le président de VotreConseiller.net, Ian Sénéchal (I.S.), et le gestionnaire de portefeuille chez BGY, David Poliquin (D.P.), se prononcent sur les placements verts.

(Q) Est-ce que ça intéresse les gens de placer vert?

(I.S.) C'est une demande qu'on a de plus en plus des gens. Les gens veulent se sentir bien avec leurs investissements. Ils ont l'impression qu'ils peuvent accomplir de grandes choses en demandant des placements plus green. L'industrie financière a développé des produits pour eux, mais on commence à s'y perdre un peu. Théoriquement, on dit que 50 % des actifs gérés au Canada suivraient les grands principes ESG qui sont présentement la norme internationale pour les placements plus verts. Mais est-ce que réellement, les gens ont ce qu'ils demandent? Parce que les gens, quand ils veulent acheter des investissements verts, ils se disent : Je suis persuadé que je n'ai pas d'investissement dans le pétrole. Je dois avoir plus des compagnies comme Tesla, moins de compagnies comme GM dans mon portefeuille. Est-ce que c'est réellement ça qui se passe ? Bien la réponse c'est : pas nécessairement.

La valeur boursière de Tesla fait des jaloux

(Q) On se fie à certains codes. ESG, notamment, qu'est-ce que c'est ?

(D.P.) C'est l'environnement, le social, la gouvernance. Il y a des grandes agences de notation qui vont coter chacune des entreprises pour voir leur niveau de risque relativement au ESG. Par contre, on voit toutes sortes de problèmes dans la pratique. Quand les gens arrivent pour coter les entreprises, il va y avoir d'énormes divergences entre les agences de notation. Ça va faire en sorte que la même entreprise peut être cotée très forte d'un côté ESG avec la première agence mais très faible avec la deuxième. Lorsque le gestionnaire de portefeuille va créer un portefeuille ESG, il peut aller dans un peu tous les sens parce que les agences ne s'entendent pas entre elles.

(Q) Donc c'est difficile pour monsieur et madame Tout-le-monde de s'y retrouver. D'être sûr et certain que son fonds est vert?

(I.S.) Faut dire aussi que monsieur et madame Tout-le-monde ne nous demandent pas nécessairement de se retrouver là-dedans. Tout ce qu'ils veulent, c'est avoir la certification qu'on a pris en compte les critères ESG pour avoir l'impression d'améliorer la planète. Ils veulent se sentir bien avec leur investissement. Donc, présentement, est-ce qu'on a les outils marketing pour rendre les gens heureux? La réponse est oui. Est-ce que, par contre, les gens sont en train d'avoir un réel impact sur la planète? La réponse est probablement non.

Les pétrolières et la norme ESG

(Q) Est-ce que placements verts et rendements vont de paire?

(D.P.) Une des solutions pour vraiment avoir un impact au niveau des investissements, c'est probablement de se concentrer dans des entreprises qui vont faire un réel changement dans la société. Des technologies vertes, des infrastructures en énergies renouvelables, barrages, hydroélectricité, l'éolien et le solaire. Par contre, si on se concentre davantage et on met une grande portion de notre portefeuille dans ces investissements-là, il y a une autre question qu'il faut se poser, et c'est : Est-ce que notre retraite est assurée, malgré le risque que ça va poser?

(Q) Est-ce qu'il y a d'autres options si on veut être vraiment vert et être sûr d'avoir un impact?

(I.S.) Si vous faites des dons de charité pour des organismes qui vous tiennent vraiment à coeur pour l'environnement, vous allez avoir beaucoup plus d'impact avec des dons en argent sonnant.

(D.P.) En réalité, les grandes caisses de retraite vont chercher beaucoup plus à déceler le risque que peut poser une entreprise en fonction des trois critères ESG, plutôt que d'avoir un réel impact dans la société. Leur objectif, c'est de réduire le risque, augmenter le rendement, pas nécessairement d'avoir un impact favorable important dans leurs investissements.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Économie