•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'accès au mont Pinacle pourrait bientôt être payant

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Le mont Pinacle, dans la région de Coaticook

Radio-Canada

Devrait-on payer pour gravir le mont Pinacle, à Coaticook? Le maire, Simon Madore, se pose la question pour la première fois.

Les sommes recueillies seraient entièrement investies dans l'entretien des sentiers.

Cette année, on met 150 000 $ dans les sentiers du parc Harold F. Baldwin, au mont Pinacle. On veut assurer une pérennité pour les années à venir. Est-ce que ce sont les payeurs de taxes de la municipalité de Coaticook qui doivent payer pour les touristes qui y viennent ou c'est l'utilisateur-payeur qui devrait payer la note, se questionne le maire.

Le sommet de 675 mètres attire, certaines années, pas moins de 50 000 visiteurs. Ces randonneurs, bien que respectueux du site, laissent des traces et les travaux pour maintenir les sentiers en bon état ne manquent pas.

Une subvention de 116 000 $, qui provient d'un programme d'aide pour les infrastructures récréatives du ministère de l'Éducation, permet à la Municipalité d'absorber une bonne partie des coûts d'entretien.

Une boîte de dons est installée à l'accueil et le parc est géré par des bénévoles, mais c'est insuffisant.

Selon le maire, la somme amassée par les dons représente moins de 10 cents par randonneurs.

Claire et Pierre sont des randonneurs qui connaissent bien l'endroit. Ils adhèrent à cette idée de participer à la préservation du parc.

Si c'est raisonnable, je n'ai pas de problème avec ça. C'est la santé, c'est la beauté du paysage, assure la femme.

L'idée ne fait toutefois pas l'unanimité.

M. Madore indique que le tarif pourrait être modulé en fonction des familles, des résidents ou des écoles.

Dès le printemps, le conseil d'administration du parc planchera sur des scénarios, en s'inspirant notamment du parc régional du Mont-Ham.

Une première ébauche pourrait voir le jour à l'automne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !