•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fuite de données au Mouvement Desjardins : 40 000 $ pour acquérir des listes

Deux enseignes montrant le logo de Desjardins sur la façade d'un édifice.

L'AMF allègue que M. Baillargeon-Bouchard a payé 40 000 $ pour acquérir, à partir de février 2017, six listes de clients « ayant des prêts hypothécaires avec Desjardins uniquement ».

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Un représentant en assurance de personnes de Québec, François Baillargeon-Bouchard, aurait admis à des enquêteurs de l'Autorité des marchés financiers (AMF) et de la Chambre de la sécurité financière avoir payé 40 000 $ pour acheter des listes d'informations personnelles de membres du Mouvement Desjardins.

C'est ce qu’allègue l'AMF dans un document judiciaire présenté devant le Tribunal administratif des marchés financiers à Montréal, le 28 janvier dernier.

Le gendarme boursier québécois demande au tribunal de faire suspendre les certificats d'exercice de François Baillargeon-Bouchard pendant la durée de son enquête ou jusqu'à une décision [...] sur toute demande de radiation ou de levée de suspension, et de lui ordonner de cesser immédiatement d'agir dans toutes les disciplines pour lesquelles il est certifié.

Pour appuyer sa demande, l'AMF a soumis dans sa requête une série de faits qui auraient été admis par François Baillargeon-Bouchard dans un interrogatoire sous contrainte réalisé en octobre dernier. Il y est écrit notamment qu'il affirme avoir fait l'objet d'une perquisition ciblée par les corps policiers en lien avec le vol de données chez Desjardins.

L'AMF soutient que M. Baillargeon-Bouchard a payé 40 000 $ pour acquérir, à partir de février 2017, six listes de clients ayant des prêts hypothécaires avec Desjardins uniquement. Toujours selon l'AMF, ces listes achetées en six transactions différentes proviennent d'une connaissance qui n'est pas l'employé congédié par le Mouvement Desjardins.

L'organisme d'autoréglementation prétend que cette connaissance, selon les informations qu'elle a fournies à Baillargeon-Bouchard, a accès à des listes de clients ayant des prêts hypothécaires auprès de diverses institutions financières, dont Desjardins. L'achat de ces listes lui permettait de contacter des clients, afin de leur proposer de rencontrer un courtier.

Les listes comprendraient le nom, le numéro de téléphone, l’adresse ainsi que le montant du prêt hypothécaire chez Desjardins, indicateur d'âge, la prime d'assurance attachée au prêt (assurance vie et invalidité).

Selon ce qui est écrit dans la requête, les listes auraient été remises sous forme de fichier Excel ou sur papier. Il a payé environ un dollar pour chacune des personnes dont les informations se trouvaient sur les listes vendues par la connaissance, peut-on y lire.

Le document judiciaire nous apprend également que M. Baillargeon-Bouchard n'a jamais questionné cette connaissance sur la provenance des listes, ni si les clients avaient consenti à ce que leurs données soient communiquées à d'autres personnes. Ce dernier a continué d'utiliser les listes acquises [...] malgré les questionnements de certaines personnes et les informations obtenues dans les médias quant à une fuite de données impactant certains clients de Desjardins.

L'AMF allègue que les versions contradictoires qui ont été données par M. Baillargeon-Bouchard lors de ses interrogatoires rendent son témoignage peu crédible quant à son ignorance du fait que de telles listes de clients ne pouvaient pas être légalement obtenues via des plateformes Internet.

Le gendarme boursier québécois écrit également dans le document judiciaire que M. Baillargeon-Bouchard a encore en sa possession les listes de clients et demande au Tribunal de lui ordonner [...] de remettre à l'Autorité l'original, de même que toute copie, des listes de clients de Desjardins acquises.

Nous n'avons pas été en mesure d'obtenir les commentaires de François Baillargeon-Bouchard malgré nos appels téléphoniques.

Les faits allégués par l'AMF seront présentés lors d'une audience sur le fond à la fin du mois de mars. Un jugement devrait par la suite être rendu.

Des entreprises du secteur des prêts personnels, du financement hypothécaire et de l'assurance de la région de Québec ont été ciblées en septembre 2019 par les enquêteurs de la Sûreté du Québec chargés de faire la lumière sur le vol de données personnelles de clients du Mouvement Desjardins.

Avec la collaboration de Daniel Boily

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cybersécurité

Économie