•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Cirque du Soleil dévoile les coulisses de Sous un même ciel

Une acrobate tente de maintenir son équilibre sur la tête de son partenaire.

Un moment capté lors des répétitions de « Sous un même ciel »

Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Justine de l'Église

Qu’est-ce qui nous unit en tant qu’êtres humains? C’est la réponse à laquelle le Cirque du Soleil tentera de répondre avec sa toute nouvelle création, Sous un même ciel, présentée à partir du 23 avril sous le grand chapiteau du Vieux-Port de Montréal. Pour marquer l’occasion, les médias ont été conviés mercredi à découvrir les dessous du spectacle ainsi que les artistes qui travaillent à lui donner vie.

C’est ainsi qu’en début de journée, plus d’une vingtaine de journalistes et de photographes ont pénétré dans l’antre du Cirque du Soleil à Montréal, ce siège social qui fait office de base de création pour les acrobates. C’est là qu’ils et elles se réchauffent, répètent et travaillent les numéros qui formeront le spectacle – et ce pour trois semaines encore, avant de se déplacer sous le chapiteau peaufiner leur travail.

Une acrobate lève les yeux vers son partenaire suspendu dans les airs.

Une acrobate du Cirque du Soleil s'apprête à être soulevée dans les airs par son partenaire.

Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Un spectacle humain et conceptuel

Sous un même ciel propose un voyage à travers le monde, passant par les sept continents, à la recherche du fil conducteur qui relie l’humanité. C’est donc un spectacle sur l’être humain, qui est mis en scène par Es Devlin, qui joue également le rôle de scénographe.

Le Cirque du Soleil a affirmé être allé chercher une vision forte et inédite auprès de cette créatrice, qui n’est pas une habituée du cirque, mais bien une artiste visuelle de renom.

Un acrobate du spectacle Sous un même ciel se tient en équilibre sur une main.

Un acrobate du spectacle « Sous un même ciel » se tient en équilibre sur une main.

Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Sa pratique multidisciplinaire lui a permis de manier autant la sculpture que les scénographies de spectacles de grandes vedettes de la musique, dont U2, Beyoncé, Kanye West, Miley Cyrus et Adele. L'artiste a également travaillé la scène de théâtre, notamment celle de la Royal Shakespeare Company de Londres; en plus de scènes d’opéra d’envergure – on a vu son travail prendre vie au Metropolitan Opera de New York et à La Scala de Milan.

Le point commun de ses compositions scéniques, c’est qu’elles plongent le public dans un univers visuel contemporain épuré – bref, un univers un peu différent de ce à quoi le Cirque du Soleil a habitué ses fans. Si auparavant on a présenté surtout des spectacles colorés, voire chargés, festifs, avec un décor plaqué à l’arrière, Es Devlin propose plutôt comme scénographie un immense cube qui va se transformer au gré des divers numéros.

Des acrobates se préparent à être lancés dans les airs pendant une répétition.

La mise en scène et la scénographie du spectacle « Sous un même ciel » ont été confiées à l'artiste visuelle Es Devlin.

Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Ce cube va faire partie prenante de Sous un même ciel. C’est un spectacle très particulier, dans la mesure où la scénographie supporte l'acrobatie. D’habitude, la scénographie, c’est quelque chose de très généraliste : on amène les éléments, on fait notre numéro acrobatique, on enlève l’élément, a expliqué Daniel Cola, concepteur de la performance humaine, en entrevue avec la chroniqueuse culturelle Catherine Richer.

Daniel Cola sourit en regardant un interlocuteur.

Daniel Cola est le concepteur de la performance humaine dans le nouveau spectacle du Cirque du Soleil.

Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Au lieu de sauter sur un trampoline, là, on va sauter sur des boîtes. Au lieu d’avoir un numéro de fil de fer qui nécessiterait l’apport sur la scène de deux supports pour tirer ce fil de fer, là, les fils de fer vont être dans le cube, a-t-il illustré.

Des acrobates exécutent une manoeuvre pendant une répétition du Cirque du Soleil.

Des acrobates exécutent une manœuvre pendant une répétition du Cirque du Soleil.

Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Le rôle de Daniel Cola est d’ailleurs de transposer la vision d’Es Devlin dans la performance des artistes du cirque. C’est un spectacle sur l’humanité, a-t-il rappelé. Mon mandat, c’est de respecter ça. De trouver l’ethnicité le plus possible, de trouver la balance entre les hommes et les femmes, qui n’est pas toujours évidente dans les sports acrobatiques.

Le défi du masque animalier

Antilope, cheval, chèvre, lynx… On parle d’humanité, mais le règne animal ne sera pas en reste. Le concepteur des costumes, Nicolas Vaudelet, a eu pour mandat de créer de nombreux masques d’animaux, ce qui est un petit peu nouveau, et qui est un peu notre défi sur ce spectacle, a-t-il expliqué à Catherine Richer.

Nicolas Vaudelet, concepteur de costumes pour le spectacle Sous un même ciel, sourit pour la caméra.

Nicolas Vaudelet, concepteur de costumes pour le spectacle « Sous un même ciel », poursuit également la création de ses propres collections.

Photo : Radio-Canada / Denis Wong

C’est un travail de tous les jours. En plus, ce sont des animaux différents avec des volumes différents, avec des performances différentes, a-t-il ajouté.

Un masque de lynx et un masque de loup inachevés sont en démonstration sur une table.

Des masques en phase de conception nous dévoilent en partie l'univers du prochain spectacle du Cirque du Soleil.

Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Le défi était de modeler un masque qui s’adapterait bien aux différents corps et aux différents besoins, un travail sur mesure qui s’est réglé dans le dialogue avec les acrobates, pour s’assurer qu’ils et elles soient à l’aise dans leurs mouvements.

Et côté vestimentaire, on a choisi une certaine simplicité, en travaillant la silhouette et la précision de la couleur. On a épuré au maximum les lignes. On a travaillé beaucoup sur du tailleur, du costume de rue – le costume trois-pièces –, mais on lui apporte une texture de papier, une texture de miroir, ou des dégradés de couleurs, a indiqué Nicolas Vaudelet.

Des têtes animalières et un costard blanc sont en démonstration.

Les costumes du prochain spectacle du Cirque du Soleil sont l'œuvre du concepteur Nicolas Vaudelet.

Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Un total de 27 couleurs seront employées sur scène, avec une présence notable du rouge orangé affectionné par la metteuse en scène Es Devlin, ainsi que de l’imprimé à motif de nuages.

L’œuf ou la poule

Une autre difficulté à surmonter pour donner vie au spectacle : l’arrimage de la musique et de l’acrobatie. C’est ce qu’a expliqué la chanteuse et pianiste Pascale-Brigitte Boilard à la chroniqueuse Catherine Richer.

C’est beaucoup l’œuf ou la poule : on doit créer de la musique pour que les acrobates puissent créer les numéros, puis on doit voir les numéros pour adapter la musique, a-t-elle détaillé. Ce qui signifie, bien sûr, une série d’allers-retours entre les deux équipes.

Pascale-Brigitte Boilard sourit à la caméra.

Pascale-Brigitte Boilard est chanteuse et instrumentiste pour le nouveau spectacle du Cirque du Soleil.

Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Il y a d’ailleurs sept instrumentistes qui accompagneront les acrobates durant les deux heures en continu du spectacle. Ces sept artistes jouent d’un instrument et chantent également. C’est quelque chose qui est assez nouveau pour le cirque de faire appel à autant de ressources musicales, a noté Pascale-Brigitte Boilard.

Les inspirations pour la musique sont multiples : on a du son qui est rattaché aux racines, à la terre, et d’autres qui évoquent aussi l’âme. On a donc puisé de l’inspiration dans la musique minimaliste comme dans les chants bulgares, la musique d’église, les chants soul, les chœurs classiques. On est dans les extrêmes et on a aussi beaucoup de plaisir à faire ça, s’est enthousiasmée la musicienne et chanteuse.

Une acrobate sourit en regardant des partenaires s'étirer avant une répétition.

Des acrobates s'étirent avant de se lancer en répétition, au siège social du Cirque du Soleil à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Denis Wong

Il reste donc trois semaines avant que l’équipe déménage sous le chapiteau. D’ici là, malgré quelques retards – ce qui est propre à toute production artistique –, l’équipe vise à mettre en place les chorégraphies et la musique. Lorsqu’ils et elles feront leur entrée au Vieux-Port, les artistes espèrent avoir une base assez stable pour pouvoir entrer dans la phase de polissage du spectacle dans son environnement final.

Les billets de Sous un même ciel seront en vente mercredi. Le spectacle sera présenté du 23 avril au 21 juin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !