•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet-pilote pour encourager le développement commercial et industriel dans les CUPR

Des grues surplombant un chantier dans un champ de l'est ontarien.

Le parc industriel 417 à Russell, dans l'est ontarien

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) veulent faire revivre un ancien programme favorisant les investissements dans des localités offrant un potentiel de développement commercial ou industriel intéressant.

Le parc industriel 417 de Russell, situé dans un secteur en plein essor collé sur la Ville d’Ottawa, constitue un bon exemple de ce genre de secteur.

Les élus de l’endroit veulent y faciliter le développement de terrains vacants qui occupent une superficie totale d’environ une vingtaine d’hectares.

L’idée est de mettre en place des conditions propices aux investissements en construisant des routes, de même qu’en facilitant l’accès à Internet haute vitesse ou au gaz naturel.

Dans le cas du parc industriel 417, l’objectif est de desservir les propriétés disponibles avec des infrastructures d’eau et d’égout.

C’est un projet de 20 à 25 M$. Notre parc industriel est très occupé. Nous avons vendu une soixantaine d’acres [plus de 24 hectares] dans les derniers deux ans. C’est très populaire. [À une dizaine de kilomètres à l’ouest], c’est [le nouveau centre de distribution] d’Amazon, indique le maire de Russell, Pierre Leroux.

Peirre Leroux et deux autres hommes derrière un bureau s'adressent à une foule lors d'une réunion de conseil.

Pierre Leroux (à gauche) est maire de la Municipalité de Russell etprésident des Comtés unis de Prescott et Russell.

Photo : Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR)

Le programme tel que suggéré présentement permettrait de financer 25 % du coût total de projets entrepris par les municipalités participantes.

Autrement dit, des revenus de taxation seraient mis à contribution pour permettre aux municipalités de rembourser une partie des dettes contractées par le biais d’un système de report d’impôts.

Selon ce scénario, la Municipalité de Russell pourrait récupérer au moins 5 millions de dollars sur une période de 15 ans.

Unique en Ontario, ce nouveau programme serait déployé dans le cadre d’un projet-pilote impliquant exclusivement, dans un premier temps, le parc industriel 417.

On ne peut pas avoir huit projets qui se lancent [en même temps] […], parce qu’il [va y avoir] un manque à gagner au niveau de la tarte fiscale [des Comtés unis], explique le directeur général des CUPR, Stéphane Parisien.

Initialement, les CUPR prévoyaient utiliser des fonds provenant de leurs réserves pour financer les projets d’infrastructures des municipalités.

Or, selon la nouvelle mouture du programme présentée aux maires des CUPR mercredi matin, ce sont les municipalités qui devront assumer les risques financiers le cas échéant.

C’est la municipalité [participante] qui prend le gros du risque, parce que s’il n’y a pas de bâtisses qui s’installent [dans les secteurs nouvellement développés], bien il n’y [aura] pas de nouveaux revenus de taxation, ajoute Stéphane Parisien.

Les CUPR vont étudier le programme proposé plus attentivement au cours de l’année afin d’en évaluer la viabilité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !