•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Robert Gauvin « aura une décision à prendre », dit Blaine Higgs

Robert Gauvin au micro, soutenu par Blaine Higgs, souriant.

Robert Gauvin et Blaine Higgs en 2018

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Radio-Canada

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, croit que les députés Robert Gauvin et Bruce Northrup, qui ne soutiennent pas les fermetures la nuit des urgences de six hôpitaux, finiront par se rallier à la décision du gouvernement.

Lorsque ces deux membres du Parti progressiste-conservateur auront passé par-dessus la réaction émotive à la suite de l’annonce de mardi et qu’ils auront tous les faits qui motivent la décision du gouvernement, ils se rallieront à celle-ci, croit le premier ministre Higgs.

Mardi, le gouvernement du Nouveau-Brunswick annonçait que les services d’urgence des hôpitaux de Caraquet, de Grand-Sault, de Perth-Andover, de Sackville, de Sainte-Anne-de-Kent et de Sussex seraient fermés chaque jour, de minuit à 8 h. Le dernier patient devra s'inscrire avant 22 h.

Il aura une décision à prendre, évidemment, dans les prochains jours. Je vais le laisser continuer à en discuter, a dit M. Higgs mercredi à propos de Robert Gauvin, le seul francophone au sein de son cabinet.

Interrogé pour savoir si Robert Gauvin aura toujours sa place dans le cabinet s'il ne change pas d'idée, M. Higgs a convenu que ce ne serait pas la norme d’avoir un vice-premier ministre ouvertement opposé à une mesure aussi importante. Ce ne serait pas la situation que je souhaiterais ou à laquelle je m'attendrais, mais je peux comprendre la pression qu'il ressent, a dit Blaine Higgs.

La population va se rallier aussi, croit le premier ministre

Le premier ministre dit comprendre que ses députés doivent être à l’écoute des communautés qu’ils représentent à l’Assemblée législative, et qu’ils sont réceptifs à l’anxiété que ressentent les populations touchées par les fermetures des urgences la nuit.

Blaine Higgs.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick, le 12 février 2020

Photo : Radio-Canada

Le premier ministre persiste à dire que ces mesures amélioreront tôt ou tard l’accès à un médecin dans ces régions. Il peut ne pas aimer le processus. Il peut ne pas aimer ce qu'il croit que nous faisons. Je suis convaincu que dans deux, trois ou quatre mois, les gens dans ces communautés [...] vont se dire : mais de quoi est-ce que je me plaignais? Il passe par là aussi, dit M. Higgs au sujet de Robert Gauvin.

Pendant ce temps, Robert Gauvin laisse s'installer une incertitude sur son avenir chez les progressistes-conservateurs. Je ne confirme rien, je ne nie rien [...] Je laisse planer le doute, a-t-il dit mercredi lors d'un bref échange téléphonique. Il fera un point de presse vendredi à 11 h dans sa circonscription.

Son collègue Bruce Northrup, député de Sussex-Fundy-St. Martins, a quant à lui déclaré jeudi qu'il restait un progressiste-conservateur, mais qu'il pourrait soutenir une motion de défiance de l'opposition.

La prise de position de ces deux députés prend une importance redoublée dans un contexte de gouvernement minoritaire à Fredericton. Le Parti progressiste-conservateur compte 21 députés et le Parti libéral, 19, en plus du président de l’Assemblée législative, Daniel Guitard. L’Alliance des gens et le Parti vert ont trois députés chacun. Le premier ministre doit bientôt annoncer des élections partielles dans deux circonscriptions vacantes, Baie-de-Shediac-Dieppe et Sainte-Croix.

Blaine Higgs admet que la controverse qui entoure l’annonce de la fermeture des urgences de six hôpitaux de la province pendant la nuit risque de lui faire perdre le pouvoir.

C’est possible, oui. C’est triste, mais seulement parce que peu importe ce que les gens disent, le discours politique prend le dessus, a dit le premier ministre.

Si cela a un coût politique, tant pis, je ferai toujours ce qui est bon pour le Nouveau-Brunswick.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

Il a critiqué le chef du Parti libéral, Kevin Vickers, accusant celui-ci d’être un homme sans plan qui ne se contenterait, à son avis, que d'infirmer les décisions du gouvernement précédent s’il lui succédait.

Le premier ministre Higgs affirme que, contrairement à ce dont certains l'accusent, la décision de fermer des urgences la nuit n'a pas été motivée par des motifs financiers.

Selon lui, c’est la décision à prendre pour préserver le système de soins de santé du Nouveau-Brunswick.

Il est essentiel que tout le monde comprenne que les changements [...] visent à garder tous les hôpitaux ouverts, a affirmé M. Higgs. Il faut protéger les services dans nos hôpitaux.

Selon le gouvernement, la fermeture de ces services d’urgence vise à améliorer l’accès aux médecins de famille et aux infirmières praticiennes. La province affirme que la majorité des visites de nuit aux six hôpitaux concernés n’étaient pas de nature urgente.

D’après les renseignements de Michel Corriveau et d'Alix Villeneuve

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !