•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Queerflex, salle d’entraînement pour les LGBTQ d’Edmonton, ferme ses portes

Logo de la salle d'entraînement Queerflex.

La salle d'entraînement Queerflex est contrainte de fermer ses portes à la fin du mois, à cause de l'impact économique de la campagne de divulgation de données personnelles dont elle a été la cible en septembre 2019.

Photo : Queerflex/Facebook

Radio-Canada

Mardi, sur son compte Instagram, la salle d'entraînement Queerflex a annoncé qu’elle fermerait définitivement ses portes le 29 février en raison de l'impact d'une campagne de divulgation de données personnelles (doxing, en anglais).

Le terme doxing désigne le fait de révéler publiquement des informations sur l'identité et la vie personnelle d'une personne pour lui nuire.

L'annonce de Queerflex fait suite à une série de publications malveillantes sur le blogue Patriot Pride Canada Wide (PPCW), amorcée en septembre dernier.

Celles-ci avaient contraint la salle à fermer une première fois, et de façon temporaire, le temps de trouver des solutions pour assurer la sécurité de ses membres et de ses employés.

Le conseil d’administration de Queerflex affirme que cette première fermeture avec l’annulation des cours réguliers a compromis de façon définitive la situation financière de la salle. Il ajoute que, malgré tous les efforts de l'équipe pour trouver des solutions à la situation financière, celle-ci a dû reconnaître que le modèle opérationnel n’était plus viable.

Queerflex avait ouvert ses portes en 2016.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !