•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le règlement sur le calendrier des cégeps est-il trop contraignant en cas de tempête?

Des passants bien emmitouflés marchent dans la ville enneigée.

De gros flocons tombaient sur le centre-ville de Rimouski vendredi matin, le 7 février.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Michaële Perron-Langlais

En raison de la tempête du 7 février, le Cégep de Rimouski aurait dû fermer ses portes dès le début de la journée, vendredi, croit le coordonnateur du Syndicat des enseignants et enseignantes de l’établissement, Alain Dion. Il soutient cependant que le ministère de l'Éducation est aussi à blâmer, puisque le règlement encadrant le calendrier scolaire entraîne un « véritable casse-tête » pour les directions de cégeps et peut mener à des « décisions périlleuses ».

Dans une lettre ouverte, Alain Dion explique que les activités pédagogiques, les événements promotionnels et les stages se sont multipliés au fil des ans, sans que le Règlement sur le régime des études collégiales soit adapté aux nouvelles réalités des cégeps.

Ce règlement oblige les établissements collégiaux de la province à organiser deux sessions de 82 jours chaque année, ce qui comprend les cours et les évaluations. Quand un cégep décide d’annuler une journée de cours, celle-ci doit absolument être reprise ultérieurement.

Ça nous fait un calendrier extrêmement serré [...] quand vient le temps de prendre des décisions, déplore Alain Dion. Par exemple, lors d’une tempête de neige, les directions vont parfois hésiter à fermer le collège pour ne pas être obligées de réaménager tout le calendrier.

On se retrouve dans des situations où la sécurité des gens peut être menacée. Vendredi, il y a des étudiants qui disaient avoir eu la peur de leur vie en roulant vers le collège.

Alain Dion, coordonnateur du Syndicat des enseignants et enseignantes du Cégep de Rimouski

L'enseignant aimerait que le ministère de l’Éducation revoie son règlement, pour offrir plus de souplesse aux établissements collégiaux. Bien sûr, la direction devrait aussi s'assurer de fermer le collège quand les conditions routières sont dangereuses, ajoute-t-il. C'est une responsabilité partagée, mais il serait temps que ce règlement qui ne tient plus la route soit revu.

Le Cégep de Rimouski défend sa décision

De son côté, la direction du Cégep de Rimouski assure que les contraintes liées au calendrier ne sont pas prises en compte lorsqu'il est question de fermer le Cégep ou de le garder le cégep.

La directrice adjointe au bureau d'information et de promotion du Collège de Rimouski, Anne-Sophie Lebel, soutient que lors d’une journée de tempête, une décision est prise vers 6 h du matin par le comité de direction. Celui-ci se base entre autres sur les conditions et prévisions météorologiques ainsi que les fermetures de route.

On prend une décision en fonction des données qu’on a à ce moment-là, explique-t-elle. Ce n'est pas une décision prise à la légère. C'est quand même la sécurité de nos jeunes et de nos employés. La décision n'est pas prise en fonction du calendrier scolaire, mais en fonction de la situation.

Vendredi dernier, l’établissement a finalement décidé de fermer ses portes en après-midi. Puisque le Collège a été ouvert en avant-midi, il ne sera pas nécessaire d’ajouter une journée au calendrier, sauf pour les programmes de l’Institut maritime du Québec, qui sont soumis à des règles différentes.

L’Université du Québec à Rimouski, le Cégep de Rivière-du-Loup et celui de Matane ont également été fermés au courant de la journée vendredi, alors que les commissions scolaires de la région ont suspendu les cours en début de journée.

Anne-Sophie Lebel maintient qu’il s’agissait de la meilleure décision à prendre dans les circonstances.

Elle précise que la direction du Collège de Rimouski serait heureuse d'avoir plus de flexibilité par rapport au calendrier scolaire, mais voit mal comment cela pourrait se faire sans compromettre la qualité de l'éducation et l'uniformité à travers les cégeps de la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Conditions météorologiques