•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Les Olympiques de Vancouver tels que vécus par les athlètes canadiens en 2010

    Des gens regardent les feux d'artifice et la flamme olympique.

    Le 12 février 2010 s'ouvraient à Vancouver les XXIe Jeux olympiques d'hiver.

    Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

    Radio-Canada

    Il y a dix ans, les Jeux olympiques d’hiver se tenaient à Vancouver, en Colombie-Britannique. Une occasion rare et précieuse pour les athlètes canadiens de s’illustrer devant les leurs. Tirées de nos archives, voici quelques-unes de leurs impressions recueillies par la journaliste Marie-José Turcotte.

    Vivre des Olympiques sur son territoire est une expérience totalement différente pour les athlètes comme pour les spectateurs.

    En 2010, le skieur acrobatique Alexandre Bilodeau en était bien conscient.

    Il allait de surcroît marquer l’histoire en devenant le premier athlète canadien à gagner une médaille d’or dans des JO tenus en sol canadien.

    Alexandre Bilodeau

    Pleins feux sur Vancouver, 15 février 2010

    C’est au lendemain de sa première médaille d’or, le 15 février 2010, qu’Alexandre Bilodeau passe sur le plateau de l’émission Pleins feux sur Vancouver animée par la journaliste Marie-José Turcotte.

    Encore sonné, le champion olympique en bosses revient sur son expérience à Vancouver.

    Des JO à la maison, ce n’est pas seulement la famille qui est là, c'est les amis, c'est tout le monde, c'est les Canadiens. Ils veulent des billets, c'est fou!

    Alexandre Bilodeau

    Pour se préparer à cette pression supplémentaire, Alexandre Bilodeau a préalablement rencontré Johann Olav Kos. Le patineur de vitesse norvégien avait gagné trois médailles d’or chez lui, aux JO de Lillehammer de 1994.

    Il explique aussi à la journaliste la recherche d’équilibre qui l’a mené au sommet. « Le ski, ce n'est pas la personne », précise-t-il. « Le ski, c'est ce que je fais ».

    Son message aux athlètes qui éprouvent une pression de performer à la maison : Il faut qu'ils le fassent pour eux. Il faut qu'ils le fassent pour leur pays. Il faut qu'ils soient fiers et qu'ils n’aient aucun regret.

    Jasey-Jay Anderson

    Pleins feux sur Vancouver, 27 février 2010

    Le 27 février 2010, l’animatrice Marie-José Turcotte s’entretient avec un vétéran et une grande vedette du surf des neiges : Jasey-Jay Anderson.

    Plusieurs fois victorieux aux Championnats du monde, l’athlète de Mont-Tremblant a aussi accompagné les débuts olympiques de sa discipline aux JO de Nagano en 1998.

    C’est néanmoins seulement à Vancouver qu’il devient champion olympique avec une médaille d’or en slalom géant parallèle.

    « Ç’a été un long chemin », confirme Jasey-Jay Anderson à la journaliste Marie-José Turcotte.

    « Je ressentais un support. Ce n’était vraiment pas une pression » souligne-t-il sur son expérience olympique à Vancouver, qu’il croit être la dernière.

    Avec joie, avec pleine sérénité, je m'arrête.

    Jasey-Jay Anderson

    Les JO de Vancouver ne seront finalement pas les derniers du planchiste. Il sera aussi de ceux de Sotchi et de Pyeongchang, devenant le premier athlète canadien à participer à six Jeux olympiques d'hiver.

    Marie-Philip Poulin

    Pleins feux sur Vancouver, 26 février 2010

    Âgée de 18 ans, Marie-Philip Poulin est la plus jeune membre de l’équipe canadienne de hockey féminin aux JO de Vancouver en 2010. Et elle parvient à se démarquer.

    Médaille d’or au cou, elle est reçue à l’émission Pleins feux sur Vancouver du 26 février 2010.

    La journaliste Marie-José Turcotte souligne sa performance éclatante en finale.

    La hockeyeuse a été l’unique marqueuse dans la victoire de 2-0 contre les États‑Unis qui a permis aux siennes de remporter l’or.

    « C’est bien commencé », déclare modestement Marie-Philip Poulin, qui insiste sur le travail de l’équipe et sur les vétéranes qui l’ont aidée « sur et hors de la glace ».

    Marie-Philip Poulin va briller à nouveau à Sotchi en 2014 puis à Pyeongchang en 2018, et ce, malgré la menace du président du CIO Jacques Rogge de faire disparaître sa discipline.

    Marianne St-Gelais et Valérie Maltais

    Pleins feux sur Vancouver, 25 février 2010

    Le 25 février 2010, Marie-José Turcotte rencontre deux jeunes femmes qui représentent l’avenir de l’équipe féminine de patinage de vitesse sur courte piste.

    Le jour de son 20e anniversaire, Marianne St-Gelais a décroché une médaille d’argent au 500 m.

    « C'est vraiment plus qu'un rêve que je vis en ce moment », exprime la patineuse qui vient d’ajouter une deuxième médaille d’argent à sa récolte, cette fois au relais 3000 m.

    Sa collègue Valérie Maltais traverse pour sa part une grande déception.

    Elle a dû se contenter d’une 14e position au 1500 m et n’a pas pu faire le relais.

    « C’est une décision difficile à accepter », admet-elle.

    Pour mettre un baume sur ce revers, Marianne St-Gelais est venue la chercher afin qu’elle puisse célébrer sur la glace avec ses consœurs.

    Un geste que la journaliste souligne, en plus du caractère énergique de l’équipe féminine de patinage de vitesse en plein renouveau.

    Patrick Chan

    Pleins feux sur Vancouver, 19 février 2010

    Patrick Chan, vice-champion du monde en patinage artistique, part également bredouille des Jeux olympiques d’hiver de Vancouver.

    « Je suis venu avec un rêve de vraiment patiner mon meilleur, sans fautes et sans erreurs » exprime le patineur à la journaliste Marie-José Turcotte.

    Son cinquième rang à l’épreuve masculine de patinage artistique le déçoit, sans toutefois le plomber.

    « Ça veut juste dire que j’ai besoin de plus de temps et de plus d’expérience », explique-t-il en indiquant avoir traversé une année difficile marquée par des blessures, une grippe et un changement d’entraîneur.

    Aux JO suivants, à Sotchi, le patineur artistique Patrick Chan remportera deux médailles d’argent.

    Maxime, Justine et Chloé Dufour-Lapointe

    Pleins feux sur Vancouver, 15 février 2010

    Les trois sœurs Dufour-Lapointe sont présentes aux Jeux olympiques de Vancouver de 2010.

    La journaliste Marie-Josée Turcotte s’entretient avec le trio de skieuses acrobatiques à l’émission Pleins feux sur Vancouver du 15 février 2010.

    À 18 ans, la cadette, Chloé Dufour-Lapointe, est la première à concourir aux Jeux olympiques.

    Elle se dit très fière de sa cinquième place à l’épreuve des bosses.

    J’ai fêté un peu ma victoire et je vais m’amuser pour le reste des Jeux évidemment!

    Chloé Dufour-Lapointe

    L’aînée, Maxime Dufour-Lapointe, a de son côté pu vivre une tout autre expérience comme membre de l’équipe canadienne de développement.

    Elle a été la première à s’élancer sur le parcours de compétition comme ouvreuse de piste.

    Puis, elle a pu assister aux épreuves de ski acrobatique avec la benjamine du trio, Justine Dufour-Lapointe.

    C’était tellement d’émotions que j’en ai perdu la voix!

    Justine Dufour-Lapointe

    Ça serait vraiment un rêve en 2014 d'être les trois aux Olympiques et qui sait où ça peut nous mener, conclut la skieuse Chloé Dufour-Lapointe en 2010.

    Encore plus de nos archives

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

    Archives

    Sports