•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les univers de la science-fiction

Illustration de l'affiche du film «3Body» («Les trois corps»). Une coupole satellite perchée sur une forteresse sous un ciel gris menaçant.

Liu Cixin a vendu plus de 1 million d'exemplaires de sa trilogie Les trois corps en Chine, qui est en cours d'adaptation pour le grand écran.

Photo : Jay Wong

Radio-Canada

La littérature de science-fiction nous permet d’entrevoir d’autres façons d’imaginer les possibles. Ce mois-ci, Les libraires (Nouvelle fenêtre) vous suggèrent quatre œuvres marquantes du genre.

Cette sélection de livres est présentée en collaboration avec Les libraires (Nouvelle fenêtre).

Sous béton (Nouvelle fenêtre)
Karoline Georges (Gallimard)

La couverture du livre Sous béton, de Karoline Georges

Le roman Sous béton a été finaliste au Prix des libraires du Québec 2012 et vient de paraître chez Gallimard dans la collection Folio SF.

Photo : Gallimard

« L'enfant vit avec ses deux parents dans une pièce minuscule dans l'Édifice, un immeuble qui contient des milliers d'étages. Dans cet endroit vivent les derniers êtres humains, chaque famille se retrouvant dans une cellule sans fenêtre. Le seul contact avec le monde extérieur, c'est la télévision qui montre les gens agoniser et mourir tout autour de l'Édifice. Il n'est plus question de libre pensée dans cet univers. […] Ce livre est angoissant, froid. Très tôt, on se sent comme cet enfant qui peut à peine bouger, coincé entre ses deux parents dans leur minuscule espace de vie. Comme lui, on a envie de se libérer de cet endroit trop exigu, tout en se méfiant de ce qu'on pourrait découvrir de l'autre côté du béton. »
Marie-Hélène Vaugeois, Librairie Vaugeois (Québec)

Le problème à trois corps (Nouvelle fenêtre)
Liu Cixin (Actes Sud, traduction de Gwennaël Gaffric)

La couverture du livre Le problème à trois corps

Liu Cixin a été le premier auteur asiatique à remporter le prix Hugo du meilleur premier roman en 2015. Ce prix récompense chaque année les œuvres de science-fiction et de merveilleux.

Photo : Actes Sud

« Liu Cixin nous livre avec Le problème à trois corps un superbe premier tome d’une trilogie de science-fiction pure. Trois intrigues y suivent le fil central suivant. Durant la révolution culturelle chinoise, le père d’une astrophysicienne est sauvagement tué devant elle. Pleine de rage, exaspérée par l’humanité, elle choisit, lorsque l’occasion se présente, de contacter une civilisation extraterrestre qui, selon toute vraisemblance, viendra exterminer la race humaine. Autour de ce fil se brode un grand récit qui fait la part belle à la physique des particules et aux nanotechnologies, tout en alliant cela à une conspiration politique mondiale. »
Jean-Philip Guy, librairie Du Soleil (Ottawa)

Station Eleven (Nouvelle fenêtre)
Emily St. John Mandel (Alto, traduction de Gérard de Chergé)

La couverture du livre Station Eleven

Phénomène littéraire, Station Eleven a été publié dans une vingtaine de pays.

Photo : Alto

« Mon intérêt pour un livre grimpe d’un niveau supplémentaire lorsqu’il s’agit de romans d’anticipation. C’est avec enthousiasme que j’ai entamé la lecture de Station Eleven et j’ai été happé dès le départ. L'histoire se passe 20 ans après qu'un virus a presque décimé le genre humain. On se retrouve au sein d’une troupe de théâtre itinérante qui se produit parmi des survivants. Avec retours narratifs fréquents dans le passé, la trame de nos personnages se tisse lentement, mais sûrement! »
Shannon Desbiens, librairie Les Bouquinistes (Chicoutimi)

Les furtifs (Nouvelle fenêtre)
Alain Damasio (La Volte)

La couverture du livre Les furtifs, d'Alain Damasio, est jaune ocre.

Alain Damasio a mis plus de 10 ans pour écrire ce roman qui réunit plusieurs de ses préoccupations politiques.

Photo : La Volte

« Les amateurs de dystopies sidérantes seront fort bien servis avec ce roman d’anticipation très actuel où les villes sont désormais entièrement privatisées et la vie sociale, parfaitement régulée, et où les exceptions, loin de confirmer la règle, forment plutôt une communauté abstraite d’êtres légendaires aux facultés extraordinaires. Sous des dehors convoquant bien sûr Orwell, Huxley et autres pionniers de mondes parfaits dont la rondeur du tournoiement n’a d’égale que la circularité de l’oppression, Damasio nous prouve une fois encore qu’il est possible d’allier science-fiction, sociologie, philosophie et beauté formelle. »
Philippe Fortin, librairie Marie-Laura (Jonquière)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Livres

Arts