•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blocage à Listuguj: des élus à la rencontre des manifestants

Une demi-douzaine de personnes discutent au campement des manifestants.

Les manifestants de Listuguj, à leur campement sur les rails, mercredi après-midi.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Radio-Canada

Les manifestants qui bloquent le passage du train de marchandises depuis lundi à Listuguj ont reçu la visite d'élus mercredi.

Le maire de New Richmond et président de la Société du chemin de fer en Gaspésie, Éric Dubé, ainsi que de la préfète de la MRC du Rocher-Percé, Nadia Minassian, se sont rendus au campement des manifestants, près de l'usine GDS, pour tenter de comprendre leurs revendications.

Ils nous ont dit qu'ils vont s'appuyer entre communautés autochtones d'un océan à l'autre. Ils veulent offrir un appui à ceux qui protestent dans l'Ouest. Ils vont continuer de paralyser le chemin de fer jusqu'à ce que quelqu'un les écoute, relate Nadia Minassian.

Même si la rencontre était cordiale, Éric Dubé et Nadia Minassian ont tout de même déploré une fois de plus que le transport ferroviaire était bloqué dans la région par un enjeu qu'ils qualifient de national.

Nadia Minassian et Eric Dubé discutent avec deux manifestants.

Nadia Minassian et Eric Dubé rencontrent des manifestants.

Photo : Radio-Canada / Screen Shot

Ils prennent quasiment un pays en otage pour un dossier spécifique. Les deux paliers de gouvernement qui ont la responsabilité de faire appliquer la sécurité publique devraient faire quelque chose. On souhaite un règlement le plus pacifique possible, mais il faut que l'économie puisse repartir, lance Éric Dubé.

M. Dubé affirme que la Société du chemin de fer de la Gaspésie perd 15 000 $ chaque jour en raison de la manifestation des Micmacs.

La Société du chemin de fer de la Gaspésie n’a pas demandé d’injonction pour libérer la voie, contrairement au Canadien National, même si une trentaine de wagons était bloquée entre New Richmond et Nouvelle mardi.

De son côté, Ciment McInnis, à Port-Daniel-Gascons affirme, dans un courriel, surveiller la situation de près. La direction de la cimenterie rappelle toutefois que son utilisation du chemin de fer reste marginale dans ses activités de distribution.

Tant qu'il le faudra

Les manifestants de Listuguj, qui bloquent le rail depuis lundi matin en solidarité aux chefs héréditaires Wet’suwet’en, qui s’opposent au projet de gazoduc de Coastal GasLink, se disent prêts à rester sur la voie ferrée aussi longtemps qu'il le faudra.

Les Premières Nations sont des défenseurs de la terre et de l'eau. Nous sommes en solidarité avec toute communauté autochtone qui est menacée tant physiquement que psychologiquement, écrit un des manifestants, Darren Bixie, dans une déclaration.

Ce n'est pas seulement une question autochtone; c'est une question de garder notre eau et nos terres sacrées pour les prochaines générations. Je vais citer un des membres de ma communauté : "Si vous n'êtes pas enragé, vous n'êtes pas informé!"

Darren Bixie, un manifestant

Les manifestants menacent de bloquer le pont J. C Van Horne, qui relie Pointe-à-la-Croix, en Gaspésie à Campbellton, au Nouveau-Brunswick, si les demandes des chefs héréditaires Wet'suwet'en continuent d'être ignorées ou si la situation dégénère à Belleville, en Ontario.

Deux hommes autour du feu d'un campement, situé sur la voie ferrée, à Listuguj.

Deux manifestants gardaient le campement micmac mercredi matin.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Je fais ça pour mes enfants, leurs enfants à eux et les enfants des autres. Peu importe ce qui se passe, ça va affecter tout le Canada au complet : les animaux, la forêt, l'eau. À cause de ça, on ne veut pas prendre de chances, surtout pour gagner juste quelques dollars de plus, soutient Austin Caplin, un manifestant de 24 ans.

Entre six et neuf personnes occupent continuellement le campement depuis mardi. Lundi, ils étaient une vingtaine sur place.

La Sûreté du Québec n’a pas l’intention d’intervenir pour le moment, indique son porte-parole Claude Doiron.

Avec les informations d'Isabelle Larose

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Environnement