•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un garage gouvernemental détruit par un incendie suspect à Dalhousie

Quatre pompiers examinent les ruines

Il ne reste que des ruines de l'édifice gouvernemental, mercredi matin.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Radio-Canada

Un édifice du gouvernement du Nouveau-Brunswick situé entre les municipalités de Dalhousie et d'Eel River Dundee a été rasé par les flammes, mercredi matin. L'incendie est d'origine suspecte, selon les policiers.

Les pompiers ont été appelés sur les lieux vers 2 h 30.

En arrivant sur la scène, c’était déjà une bonne boucane noire qui sortait des portes du garage. Au début, c’était de s’organiser. Vu que c’était à la limite des territoires et avec le manque un peu d’effectif, on a appelé Dalhousie pas mal tout de suite, indique le chef adjoint de la brigade des pompiers d'Eel River Dundee, Donald Dumas.

Deux petits édifices et un autobus scolaire en arrière-plan des ruines du garage.

L'incendie a épargné certaines structures à proximité du garage.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

L'édifice et les véhicules qu'il abritait n'ont pu être sauvés, explique le chef pompier de Dalhousie, Herby Hickey.

Arrivés sur les lieux, on a constaté avec Eel River Dundee que les flammes étaient déjà trop propagées. On ne pouvait pas faire une attaque en dedans pour essayer de sauver l’équipement. On a travaillé ensemble, avec nos confrères d’Eel River Dundee. On a fait une defensive attack, qu’on appelle. Finalement, on a fait monter la grosse pelle mécanique et on a réussi à sortir l’équipement, mais il était trop tard. C’était déjà trop endommagé, relate Herby Hickey.

Un pompier en uniforme en gros plan.

Herby Hickey, chef pompier de la brigade d'incendie de Dalhousie.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Il s'agit d'une perte importante, estime le maire de Dalhousie, Normand Pelletier.

C’est où le gouvernement, le [ministère] des Transports, ont toute leur machinerie de poids lourds pour déneiger la route 11 et les municipalités, ainsi de suite, qui ont des contrats avec, souligne-t-il.

L'incendie a entraîné la perte de deux chasse-neige, d'une camionnette et d'une pelle rétrocaveuse mécanique, précisent les pompiers.

La cause de l’incendie n’est pas encore déterminée.

Mes confrères m’ont dit qu’en arrivant, ils ont constaté que c’était presque proche des portes, qui était plus enflammé. Ils n’ont pas pu vraiment être convaincus de ce qui était la cause, fait entendre Herby Hickey.

Le prévôt des incendies et la Gendarmerie royale du Canada vont faire une enquête, ajoute-t-il.

Plusieurs incendies suspects ces dernières années

L'enquête a permis d'établir que l'incendie est suspect. La police travaille en étroite collaboration avec le Bureau du prévôt des incendies du Nouveau-Brunswick pour déterminer la cause exacte de l'incident. Le Détachement de Campbellton de la GRC a ouvert une enquête. Le caporal Yves Desroches explique qu'une porte de l’édifice avait été enfoncée.

L’automne dernier, les services policiers dans la région du Restigouche disaient enquêter sur une trentaine d’incendies survenus depuis janvier 2018 et dont la majorité est d’origine suspecte.

Le député de Campbellton-Dalhousie, Guy Arseneault, s'est rendu sur les lieux de ce nouvel incendie, mercredi matin. Plusieurs citoyens dans la région sont inquiets, a-t-il expliqué. Il dit en avoir déjà discuté, en décembre, avec le ministre de la Sécurité publique et il compte à nouveau aborder la question avec lui.

Un homme en gros plan.

Guy Arseneault, député de Campbellton-Dalhousie.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Je ne veux pas présumer que c’est quelque chose suspect ici encore, mais j’aimerais l’avertir qu’il y a un autre feu dans le coin et qu’on aimerait qu’il fait quelque chose, peut-être plus de présence policière pendant la nuit dans notre région ou autre chose. C'est eux autres qui devraient savoir quoi faire. J'espère qu'il va y avoir des enquêtes à plein et avec rigueur, affirme Guy Arseneault.

Le maire Pelletier qualifie cette série d’incendies d’oeil au beurre noir pour toute la région du Restigouche.

Avec des renseignements de Serge Bouchard et de l'émission radiophonique La matinale, d'ICI Acadie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Incendie