•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soins de santé en français : une Winnipégoise demande des comptes à l’ORSW

Un panneau qui affiche le centre de soins de santé pour les urgences non dangereuses de l'hôpital Victoria, après la fermeture de la salle d'urgence.

La mère de Jessika Sévigny-Mailhot est morte en mai 2018 à l'Hôpital général Victoria. Depuis, l'hôpital a été déclaré bilingue.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Deux ans après la mort de sa mère à l’Hôpital général Victoria, Jessika Sévigny-Mailhot a écrit au directeur régional des Services en langue française de l’Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW), Joel Lafond. Dans une lettre publiée sur les réseaux sociaux le 10 février, elle lui demande quelles mesures ont été prises depuis 2018 afin de garantir l’accessibilité à des soins de santé en français.

Un article de Sophie Pelletier

En mai 2018, Jessika Sévigny-Mailhot affirmait que la mort de sa mère, en mars, aurait pu être évitée si le personnel soignant avait maîtrisé assez le français pour comprendre les propos de sa mère, une Québécoise qui ne pouvait s’exprimer en anglais. Selon Mme Sévigny-Mailhot, c’est en raison de cette barrière de langue que la pneumonie de sa mère n’avait pas été diagnostiquée à temps.

Une femme blonde, la tête penchée sur le côté, a les larmes aux yeux.

Jessika Sévigny-Mailhot estime que sa mère est morte à 64 ans d'une pneumonie qui aurait pu être détectée si le personnel médical de l'Hôpital général Victoria à Winnipeg avait parlé français.

Photo : Radio-Canada

Dans sa lettre adressée à Joel Lafond, Mme Sévigny-Mailhot revient sur le drame et l’interroge au sujet des changements qui ont été apportés deux ans plus tard pour [qu’une telle situation] ne se reproduise plus.

Une oreille tendue à l’ORSW

Tant Mme Sévigny-Mailhot que l’ORSW confirment que cette lettre a bien été reçue. Joel Lafond et Mme Sévigny-Mailhot doivent se parler à ce sujet cette semaine.

Sans vouloir commenter ce cas précis et précisant que les mesures prises par l’ORSW ne découlent pas du drame vécu par Mme Sévigny-Mailhot, Paul Turenne, porte-parole de l’ORSW, dit que l’Hôpital Victoria a été désigné bilingue le 1er octobre 2018. Une telle désignation implique notamment que certaines unités de soins sont bilingues. M. Turenne rappelle aussi qu’un service d’interprète est disponible en tout temps.

Si des efforts sont faits pour embaucher du personnel qui maîtrise le français, Paul Turenne reconnaît que le recrutement pose certains défis.

Selon le rapport annuel 2018-2019 de l’ORSW, 1031 postes étaient désignés bilingues au 31 mars 2019, ce qui représente une augmentation de 141 postes par rapport à l’année précédente. Or, seulement 556 postes bilingues, soit 54 %, étaient « dotés avec succès ».

Ce sont, par ailleurs, les établissements de soins de courte durée, comme l’Hôpital de Saint-Boniface, l’Hôpital général Victoria et l’Hôpital pour enfants de Winnipeg, [qui] ont déclaré le nombre le plus faible (35 %) [de postes désignés bilingues dotés], indique-t-on dans le document Notre langue : votre santé (Nouvelle fenêtre), publié le 10 février 2020 par l’ORSW. On y signale que de plus en plus, les candidats postulant à un emploi doivent passer des tests de langue.

Énormément à faire

Dans ce document, l’ORSW présente les mesures qui sont prises pour améliorer l’accessibilité aux services en français, comme une ressource d’aide pour les usagers francophones et une formation sur l’offre en français, qui sera obligatoire pour tous les nouveaux employés à partir de mars 2020.

Ces efforts sont bien accueillis par l’organisme Santé en français, qui croit toutefois qu’il y a encore énormément à faire.

L’organisme salue les initiatives de l’ORSW et le leadership de son directeur régional des services en langue française. M. Lafond est très engagé à discuter, à développer des stratégies, affirme la directrice générale de Santé en français, Annie Bédard.

Une dame aux courts cheveux blonds sourit fièrement à l'objectif.

Annie Bédard, directrice générale de Santé en français

Photo : Radio-Canada / Mathilde Monteyne

Mme Bédard souligne la nomination de Rachel Ferguson, une francophone, à titre de présidente-directrice générale de l’Hôpital général Victoria. Elle a déjà commencé à amorcer des changements au sein de l’hôpital, dit Mme Bédard. Il y a plusieurs postes qui ont été désignés bilingues au sein des soins de gériatrie et des soins de transition, elle essaie aussi de coordonner [...] les quarts de travail dans ces unités-là [pour] qu’il y ait toujours une personne qui parle français.

La directrice générale de Santé en français conseille aux patients francophones de ne surtout pas hésiter à demander les services en français. Et en cas de problèmes, il est nécessaire de porter plainte. Lorsqu’on fait face à des situations [...] dramatiques, c’est important que le tout soit enregistré [...] C’est la façon dont le système peut faire des suivis, conclut Mme Bédard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Francophonie