•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fédéral évalue des options d'engins de pêche plus sécuritaires pour les animaux

De nouveaux équipements technologiques sont disposés sur une table.

Le premier Sommet de l'innovation en matière d'engins de pêche s'est déroulé les 11 et 12 février 2020 à Halifax.

Photo : Radio-Canada / Maryanne Dupuis

Radio-Canada

Plus de 250 participants se sont réunis au Centre des congrès d’Halifax pour découvrir de nouvelles options d’engins de pêche plus sécuritaires pour les animaux marins.

L'événement de deux jours organisé par Pêches et Océans Canada visait aussi à trouver des moyens novateurs pour prévenir, récupérer et recycler les engins de pêche perdus ou rejetés, appelés engins fantômes.

Ce qu'on a vécu avec la crise pour les baleines noires depuis 2017, ça nous a mené à travailler ensemble et à chercher des innovations. L'effort qu'on voit au Canada est sans précédent.

Lyne Morissette, chercheuse à l'Institut des sciences de la mer à Rimouski et professeure à l'Université du Québec à Rimouski

Ainsi, plus de 250 personnes ont participé au Sommet pour aborder la question.

L'événement a attiré des pêcheurs, des représentants de l’industrie, des fabricants d’engins de pêche, des intervenants auprès des mammifères marins, des organisations environnementales ainsi que des représentants officiels des gouvernements du Canada, des États-Unis, de l’Islande et de la Norvège.

Les participants ont pu assister à des conférences, des tables rondes et visiter les kiosques des exposants.

Des personnes sont assises dans une grande salle et regardent la scène.

Les participants ont pu assister à plusieurs conférences et tables rondes durant l'événement.

Photo : Radio-Canada / Maryanne Dupuis

Philippe Cormier, le président de Corbo génie conseil au Nouveau-Brunswick, faisait partie des exposants de ce premier sommet.

L'entreprise de M. Cormier a été approchée par des pêcheurs en 2017 afin de trouver des solutions au problème d'empêtrement des baleines.

Depuis, Corbo génie conseil travaille à adapter et à mettre au point des technologies, comme des casiers de pêche sans cordage ou à corde faible.

C'est de prendre des choses qui existent pour des essais scientifiques, puis de les adapter à la pêche commerciale, explique M. Cormier.

Philippe Cormier se tient dans son kiosque au Sommet sur l'innovation en matière d'engins de pêche en février 2020.

Philippe Cormier est le président de la compagnie Corbo génie conseil au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Maryanne Dupuis

En 2020, de nouveaux équipements commenceront déjà à être testés.

Selon M. Cormier, un événement comme celui qui a eu lieu à Halifax peut contribuer à accélérer le processus.

Ça bouscule les idées, croit-il. Des fois, des personnes ne sont pas toujours d’accord avec certaines théories, mais ce qui est sûr, c'est que ça fait avancer les choses, et je pense que c'est ce qui est important dans ce cas-ci.

De nouvelles mesures pour protéger les baleines noires

Lors du sommet, la ministre fédérale des Pêches, Bernadette Jordan, a affirmé qu'Ottawa annoncera de nouvelles mesures dans les prochaines semaines pour protéger la baleine noire de l'Atlantique Nord en voie de disparition.

Une femelle baleine noire de l'Atlantique Nord, baptisée EgNo 4180, et son baleineau aperçus dans la baie de Cape Cod le 11 avril 2019.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une femelle baleine noire de l'Atlantique Nord, baptisée EgNo 4180, et son baleineau aperçus dans la baie de Cape Cod le 11 avril 2019.

Photo : Center for Coastal Studies / NOAA, permis de recherche #19315-1

Elle n'a dévoilé aucun détail sur les mesures à venir.

La population de baleines noires est actuellement d'environ 400 individus, dont moins de 100 femelles reproductrices.

Neuf baleineaux sont nés cet hiver, soit deux de plus que l'an dernier, ce qui constitue le taux de natalité le plus élevé depuis 2016.

Depuis 2017, au moins 29 baleines noires de l'Atlantique Nord sont mortes dans les eaux américaines et canadiennes. La plupart ont été tuées par des enchevêtrements dans des engins de pêche et des collisions avec des navires.

D'après les informations de Maryanne Dupuis et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !