•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des consultations peu courues sur le projet Gazoduc à La Tuque

Carte illustrant un tracé partant de Rouyn-Noranda à Saguenay, où GNL Québec veut construire une usine de liquéfaction de gaz naturel et un terminal maritime.

Le corridor à l'étude pour le projet d'implantation d'un gazoduc par GNL Québec s'étend sur 750 kilomètres.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Seulement deux personnes se sont déplacées aux consultations de l'Agence d'évaluation d'impact du Canada à La Tuque, mardi. Ces consultations portent sur le projet Gazoduc, situé entre le nord-est de l’Ontario et Saguenay, en passant par la Haute-Mauricie.

Douze journées de consultations sont prévues le long du tracé de plus 750 kilomètres. L'Agence demande au public à examiner les lignes directrices et les consultations prévues pour l'étude d'impact.

À ce stade-ci, l’objectif n’est pas nécessairement de se prononcer sur le projet lui-même, mais de soumettre des questions à poser au promoteur Gazoduc inc. en vue du processus d’évaluation d’impact.

Nous on veut s’assurer qu’on ne manque rien, qu’on couvre tout, explique Geneviève Groulx, agente d’information de l’Agence. On n’a pas les connaissances autochtones nécessairement comme les populations qui vivent ici, donc on va aller chercher ça.

On va vraiment chercher tout le monde pour être certain d’avoir toutes les informations nécessaires pour que l’évaluation soit la plus complète possible et que les décisions qui sont prises par rapport à ce projet-là soient les mieux possible pour l’ensemble de la population, poursuit-elle.

Cette nouvelle étape dans le processus d’évaluation d’impact découle d’un changement à la loi entrée en vigueur le 28 août dernier qui a pour but de rendre le processus de consultations plus transparent et inclusif notamment avec les communautés des Premières nations.

Les gens étaient attendus entre midi et 20h. Le maire de La Tuque, Pierre David Tremblay, qui était à Québec, n’y participait pas. Les représentants des communautés atikamekw étaient aussi absents.

Avec les informations d'Amélie Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Énergie