•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sciences infirmières : les collèges pourront offrir le baccalauréat de façon autonome

Une infirmière applique un bandage autour du poignet et de la main d'une patiente.

Les collèges pourront, soit maintenir leur partenariat avec les universités ou offrir eux-mêmes la formation entière aux futurs infirmières autorisées.

Photo : Getty Images / Dusan Petkovic

Radio-Canada

Les collèges ontariens pourront bientôt offrir, de manière indépendante, une formation menant à l’obtention du titre d’infirmière autorisée. L’annonce a été faite mardi par le ministre des Collèges et Universités, Ross Romano.

En Ontario, le titre d’infirmière autorisée ne peut être obtenu que par les individus détenteurs d’un baccalauréat universitaire en sciences infirmières.

Les collèges sont donc obligés de s’associer à une université afin de permettre aux étudiants qui le désirent de poursuivre leurs études après leur formation collégiale et décrocher un baccalauréat.

La formation exclusivement collégiale d’une durée de deux ans mène au grade d'infirmière auxiliaire.

Un homme debout derrière un podium

Le ministre Ross Romano a fait son annonce mardi au collège Georgian de Barrie.

Photo : Twitter/RossRomanoSSM

Dans un communiqué, le gouvernement ontarien indique que la nouvelle politique [qu’il compte mettre en place] permettra aux établissements de jouir d’une plus grande autonomie et de bénéficier d’une plus grande souplesse par rapport à leur offre de programmes tout en maintenant l’excellence dans les études en sciences infirmières.

Cette mesure donnera aux Ontariennes et Ontariens un plus grand choix tout en garantissant le maintien de la qualité de la formation parmi la main-d’œuvre infirmière.

Une citation de :Christine Elliott, ministre de la Santé de l’Ontario

De nombreux établissements collégiaux de la province ont rapidement applaudi à l'annonce .

Des jeunes s'exercent à réanimer un mannequin.

Le Collège Boréal a mis fin à son partenariat avec l’Université Laurentienne en 2017 et offre un diplôme d’infirmière auxiliaire seulement.

Photo : Radio-Canada

Le Collège Boréal salue la création d’un nouveau parcours à coût réduit, qui rendra la formation en sciences infirmières plus attrayante.

Dans le Grand Sudbury, le Collège Boréal était jadis associé à l’Université Laurentienne pour offrir aux étudiants du collège une voie vers l’obtention d’un baccalauréat en sciences infirmières, mais le partenariat a été interrompu il y a quelques années.

[La formation exclusivement collégiale] participera aussi à former du personnel infirmier plus diversifié, les études collégiales étant privilégiées par beaucoup de premières générations de nouveaux arrivants ainsi que d’étudiant.e.s issues des communautés autochtones.

Une citation de :Collège Boréal

L’établissement postsecondaire indique qu’il déterminera au cours des prochains mois la nécessité de mettre en place un tel programme en fonction notamment des besoins communautaires.

Les collèges pourront toujours décider de maintenir leurs programmes collaboratifs, s'ils le veulent.

Dans le Sud-Ouest, l’annonce du ministre Romano ravit également le collège anglophone St. Clair de Windsor.

Cet établissement a un partenariat avec l’Université de Windsor, mais dans un communiqué, le vice-président aux études, Waseem Habash, signale que la recherche a démontré que [l’exigence d’un partenariat avec une université] a [engendré] des coûts non nécessaires et des barrières bureaucratiques pour certains, décourageant ainsi les étudiants de se diriger vers la profession d’infirmier.

Une femme aux cheveux bruns à la hauteur des épaules qui regarde une autre personne.

La présidente du collège anglophone St. Clair, Patti France, applaudit à l’annonce de la province.

Photo : CBC/Tahmina Aziz

C’est une merveilleuse nouvelle pour les étudiants et les professionnels du domaine de la santé de Windsor-Essex et Chatham-Kent.

Une citation de :Patti France, présidente du collège St. Clair

La présidente du collège St. Clair, Patti France, soutient que l’établissement est déterminé à assurer une transition harmonieuse pour les étudiants actuels du programme collaboratif entre l’Université de Windsor et son établissement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !