•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travaux de 1,3 M$ sont commencés au centre de tri de Récupération Mauricie

Des structures métalliques.

Les travaux de réparation de la toiture doivent prendre fin au mois d'avril.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Radio-Canada

Les travaux visant à reconstruire la toiture du Centre de tri de récupération Mauricie sont commencés. L’hiver dernier, le bâtiment de St-Étienne-des-Grès a été lourdement endommagé par le poids de la neige.

Comme les équipements sont toujours à l’intérieur; le toit sera démantelé par étape : d’abord le revêtement, puis les poutres d’aciers qui seront remplacées une à une. Le coût des travaux est estimé à 1,3 M$.

Nous avons d’abord démantelé les équipements électriques et de protection incendie qui se trouvaient sur la toiture. Par la suite, nous avons protégé les équipements en place avec des firmes spécialisées, explique Sylvie Gamache, conseillère en communication à la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie (RGMRM).

En attendant la fin des travaux prévue pour le mois d’avril, l’ensemble des camions de collectes sont redirigés dans un entrepôt du secteur Pointe-du-Lac.

Une pelle mécanique transportant des déchets.

L’ensemble des camions de collectes sont redirigés dans un entrepôt du secteur Pointe-du-Lac.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

La collaboration d’autres centres de tri du Québec dont ceux de Joliette, Thetford Mines et Lévis permettent d’éviter d’enfouir ces matières récupérables.

Nous avons loué un gros entrepôt dans lequel on effectue le transbordement des matières recyclables. Nous chargeons les matières dans de gros camions-remorques qui partent vers d’autres centres, ajoute-t-elle.

En cette période où la main-d’œuvre se fait rare, Groupe RCM s’est assuré d’offrir plusieurs options à ses employés afin qu’ils conservent leur plein salaire tout au long des travaux.

Quelques employés ont choisi d’aller sur le chômage. C'était leur décision, affirme le directeur général, Daniel Cassivi. Ce dernier précise que 21 employés ont été relocalisés à l’usine de Trois-Rivières et 32 employés ont été envoyés en formation à la commission scolaire.

En Mauricie, ce sont 500 tonnes de matières récupérables qui sont chargées chaque semaine.

Avec les informations de Jonathan Roberge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !