•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des infirmières épuisées dénoncent le manque de personnel aux urgences de Saint-Boniface

Des infirmières passent dans un couloir d'un hôpital de Winnipeg.

Des infirmières du service d’urgence de l’Hôpital Saint-Boniface décrivent des conditions de travail « dangereuses pour leur santé personnelle et celles des patients » dans une lettre publique.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un poste d’infirmière sur quatre aux urgences de l’Hôpital Saint-Boniface n'est pas pourvu, écrivent des infirmières dans une lettre publique qui est un véritable appel à l'aide.

Les trois infirmières, qui travaillent dans un des deux hôpitaux universitaires de Winnipeg, décrivent leurs conditions de travail actuelles comme étant dangereuses pour [leur] santé personnelle et celle des patients.

Selon elles, la situation est devenue tellement oppressante et frustrante qu’elles [craignent] même de se rendre au travail .

Nous voyons un nombre de patients que nous n’avons jamais eu par le passé, écrivent-elles.

Les trois infirmières ont rédigé cette lettre au nom de la majorité de leurs collègues. Elles y affirment que l'augmentation soudaine de la charge de travail est en partie attribuable à la fermeture de trois services d’urgence à Winnipeg, survenue au cours des deux dernières années.

Nous voulons, en tant qu’infirmières, prodiguer les meilleurs soins possible comme nous le faisions avant les changements, mais la situation ne nous le permet pas, dit en entrevue une des infirmières qui a requis l'anonymat pour ne pas mettre son emploi en danger.

En ce moment, ce n’est tout simplement pas un environnement sûr pour les infirmières ni pour les patients, ajoute-t-elle.

Le ministre de la Santé du Manitoba, Cameron Friesen, déclare de son côté que le ministère travaille avec les infirmières pour trouver des solutions.

Une infirmière assise sur le sol se tient la tête.

Le temps supplémentaire obligatoire contribue à l'épuisement du personnel infirmier, selon des infirmières des urgences de Saint-Boniface.

Photo : iStock

Un taux de postes non pourvus normal

Selon une déclaration précédente du ministre de la Santé, la province estime qu’un taux de 8 % de postes non pourvus est considéré comme normal pour les infirmières.

Le taux actuel au service d'urgence de l’Hôpital Saint-Boniface est de 28 %.

Dans les cinq autres grands hôpitaux de Winnipeg, ce taux varie entre 8 et 15 %.

L’Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW) a augmenté le nombre de postes d’infirmières aux urgences de Saint-Boniface cet été, le faisant passer de 88 à 111. Mais l'ORSW peine à pourvoir ces postes.

Pour assurer l’offre de services, l’unité compte sur les heures supplémentaires obligatoires. Or, selon les infirmières, le temps supplémentaire obligatoire contribue à l'épuisement du personnel infirmier.

Autres problèmes

Dans leur lettre, les infirmières déplorent également la longueur des temps d’attente.

Selon l'infirmière qui a donné une entrevue à CBC/Radio-Canada, il est courant de voir des patients attendre 6 à 9 heures et parfois même 10 ou 11 heures pour voir un médecin.

Elle ajoute que les infirmières des urgences sont forcées de s’occuper des patients qui ont besoin de soins intensifs, mais qui attendent aux urgences d’avoir une chambre.

De manière générale, plus de 1000 postes d’infirmières ont été supprimés à l’Hôpital Saint-Boniface lors d’une refonte en janvier 2018.

Les infirmières qui tirent la sonnette d’alarme soulignent que cette refonte a été faite sans consultation du personnel.

Depuis les changements d’il y a deux ans, nous avons été épuisées physiquement et mentalement en raison du stress et de la frustration prolongés, dit l'une d'entre elles.

Cet état de détresse était prévisible, selon le Syndicat des infirmières du Manitoba (MNU). Les données du syndicat indiquent que la fréquentation des urgences de Saint-Boniface a augmenté de 15 % entre 2016 et 2018, et continue de croître.

Former et employer plus d’infirmières

Un médecin urgentiste qui a travaillé aux urgences de Saint-Boniface pendant 33 ans, Paul Doucet, précise que l’hôpital a besoin de plus d’employés et de plus d’espace.

Le plus gros problème est un manque de capacité dans le système et cela retombe sur les urgences, dit-il.

Les patients continuent de s'accumuler dans la salle d’attente des urgences, et vous ne pouvez pas y faire entrer d'autres patients parce que vous ne pouvez pas faire sortir les patients qui y sont déjà, déplore-t-il.

Il estime que la situation s’est dégradée depuis la réforme du système de santé dans les hôpitaux de Winnipeg.

Un homme qui parle au micro dans un parc.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Dr Doucet affirme que la « restructuration brutale du système de santé a conduit à la pénurie actuelle ».

Photo : Radio-Canada / Walther Bernal/CBC

Selon Paul Doucet, les patients continuent à recevoir des soins, mais la pression sur les employés est de plus en plus grande.

Pour le Syndicat des infirmières du Manitoba, le gouvernement et les autorités sanitaires doivent travailler de manière urgente avec toutes les parties prenantes pour trouver des solutions viables à long terme aux problèmes des infirmières.

Sa présidente, Darlene Jackson, souligne que ces solutions passent par le recrutement, la formation de plus d’infirmières et l’ajout de lits dans les hôpitaux.

Une dame aux courts cheveux roux s'exprime dans la rue, avec en arrière plan le Health Science Center de Winnipeg.

Darlene Jackson, présidente du Syndicat des infirmières du Manitoba

Photo : Radio-Canada

Dans une note envoyée par courriel, un porte-parole de l’ORSW indique ceci : Les préoccupations des infirmières sont prises au sérieux et des mesures sont prises afin de trouver des solutions.

Les employeurs ont récemment rencontré les infirmières pour entendre leurs préoccupations et élaborer un plan. Ce plan permettra de doter la zone d’observation de 12 lits afin de libérer les infirmières de l’unité d’urgence.

Toutefois, l’une des infirmières à qui CBC/Radio-Canada a parlé soutient que ce ne sera pas suffisant et que le gouvernement peut en faire plus.

Lisez la lettre (en anglais) des infirmières de l'Hôpital Saint-Boniface.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Établissement de santé