•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retour des bisons est bénéfique pour l’écosystème de Banff

Les premières bisonnes à avoir mis bas en 2018 poussent leur petit du museau.

La réintroduction des bisons des plaines dans le parc national Banff est un projet écologique et culturel, selon le gestionnaire du projet.

Photo : Parcs Canada / Peter White

Radio-Canada

Le projet quinquennal de réintroduction des bisons dans le parc national Banff semble aller dans la bonne direction, selon Parcs Canada, qui dénombre 36 mammifères, à mi-parcours du projet.

Cela faisait un siècle que le bison sauvage des plaines n’avait pas foulé les pentes escarpées du parc des Rocheuses. En juillet 2018, Parcs Canada avait réintroduit 31 bisons dans un écosystème délimité par un grillage, s’étalant sur 1200 kilomètres carrés. La harde s’est déjà agrandie, et d’ici 2031, elle devrait compter plus de 300 têtes.

Pour le gestionnaire du projet de réintroduction, Karsten Heuer, c’est une bonne chose de voir les bisons visiter des lieux que leurs ancêtres ont foulés. En broutant l’herbe, ils révèlent des espaces marécageux centenaires ou millénaires et réactivent leur utilité, affirme-t-il.

Selon lui, ces marécages et l’écosystème qui se créent autour attirent maintenant les oiseaux vers les prairies et proposent des habitats itinérants pour les amphibiens qui aiment les flaques d'eau qui se créent dans les empreintes laissées par les bisons.

Leur activité permet aussi de révéler des os de leurs ancêtres qui ont parcouru ces contrées il y a 140 ans.

Animal endémique à forte signification culturelle

Pendant environ 10 000 ans, les bisons étaient très nombreux à parcourir les Grandes Plaines, du nord d’Edmonton au Texas. Avec les activités humaines, et avant la création du parc national Banff en 1885, l’espèce a été dangereusement poussée vers l’extinction.

Un troupeau de bisons dans une prairie enneigée des Rocheuses.

La réintroduction des bisons des plaines est un projet pilote de cinq ans lancé par Parcs Canada.

Photo : Parcs Canada / Dillon Watt

Selon Karsten Heuer, ce projet est l’occasion de montrer que des leçons ont été tirées du passé et que l’histoire ne se répétera pas.

Nous espérons que cela inspirera d’autres projets du même type.

Karsten Heuer, gestionnaire du projet de réintroduction des bisons des plaines au parc national Banff

Au-delà de l’aspect écologique, il estime que la signification culturelle du retour des bisons pour les peuples des Premières Nations est d’une grande importance.

Il explique que ces animaux sont, pour ces peuples des plaines, ce que les saumons sont pour les peuples côtiers, et les caribous, pour les peuples du Nord. L’une des raisons d’être de ce projet est d’inspirer les gens avec un message d’espoir de réconciliation, de réintroduction et de renouveau, dit Karsten Heuer.

Pour l’instant, il pense qu’il est trop tôt pour savoir si la réintroduction est un succès, mais il estime que tout se passe bien jusqu’à présent, puisque les animaux sont en bonne santé.

En 2022, Parcs Canada devrait déterminer si la restauration à plus long terme des animaux est possible.

Les 16 bisons initiaux du projet de réinstauration, en 2017, provenaient du parc national Elk Island et avaient été placés dans une zone isolée du parc de Banff, où ils ont donné naissance à 10 bisonneaux en bonne santé au cours de la première année.

Avec les informations de Sarah Rieger et Elise von Scheel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Nature et animaux