•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle aide à la rénovation pour garder les logements abordables à Montréal

Un appartement insalubre.

Afin de prévenir la détérioration du parc locatif montréalais et de maintenir l’abordabilité des logements, la Ville de Montréal lance un nouveau programme d'aide aux propriétaires.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Afin de prévenir la détérioration du parc locatif montréalais et d'assurer des logements abordables, la Ville de Montréal a lancé lundi le programme Réno logement abordable, qui sera accessible aux propriétaires d'immeubles de cinq étages ou moins et de six logements et plus.

Ce programme, qui remplace l’ancien programme de rénovations résidentielles majeures, qui n’avait pas été modifié depuis 20 ans, a été mis au goût du jour pour mettre de l’avant la transition écologique et surtout permettre aux Montréalais de continuer à vivre dans des logements loués à un prix raisonnable.

C’est pourquoi seuls les immeubles dont le tiers des loyers est jugé abordable, c'est-à-dire sous le loyer médian de l'arrondissement où il se trouve, pourront y être admissibles.

De plus, lors des rénovations, les locataires devront pouvoir demeurer sur place, déménager dans le même immeuble ou être dédommagés, mais, surtout, ne devront pas être évincés.

Les subventions pourront atteindre 14 000 $ par logement, jusqu'à un maximum de 500 000 $ par bâtiment.

La Ville prévoit qu'annuellement 70 immeubles, pour un total de 700 logements, pourront bénéficier de la subvention, soit un investissement de quelque 3,5 millions de dollars, a indiqué lundi la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Les travaux qui amènent une amélioration sur le plan de la santé ou de la sécurité seront toujours privilégiés. Je pense, par exemple, à la nécessité de remplacer une entrée d’eau en plomb, de décontaminer des moisissures ou encore d’exterminer la vermine.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Par ailleurs, les changements apportés aux immeubles devront remplir certaines exigences écologiques : un changement du système de chauffage devra se faire du mazout à l’électricité, les nouvelles fenêtres devront posséder la marque Energy Star et les nouveaux toits devront être constitués de membranes blanches pour éviter les îlots de chaleur.

Le programme sera accessible dans tous les arrondissements, contrairement au précédent qui visait plutôt les quartiers centraux.

De plus, le montant alloué sera beaucoup plus important qu’auparavant, puisqu'on accordait plutôt 800 000 $ annuellement aux propriétaires pour les rénovations majeures.

Toujours dans le but de maintenir les loyers abordables, Valérie Plante a souligné aux propriétaires que les subventions qu’ils recevront ne devront pas être comptabilisées dans leurs futures augmentations de loyer (qui se basent entre autres sur le coût des améliorations de l’immeuble chaque année).

Les locataires seront donc informés du montant total que représentent les travaux effectués, du montant de la subvention et de leurs recours possibles à la Régie du logement en cas de désaccord sur l'augmentation de loyer.

Si une éviction ou un loyer trop élevé venait à leur être imposé dans les trois ans suivant les travaux, la Ville dit qu’elle exigera le remboursement de la subvention au propriétaire concerné.

On est là pour vous aider, mais on vous checke aussi. Vous avez des responsabilités. Et la question de l'abordabilité, on y tient mordicus, on ne va pas négocier là-dessus.

La mairesse Valérie Plante

Le programme est financé conjointement par la Société d'habitation du Québec (SHQ) et par la Ville de Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !